VIDEO. Pour Manuel Valls, l'antisionisme est "le synonyme de l'antisémitisme"

A l'occasion du dîner du Crif, le Premier ministre a rapproché deux notions, la haine des juifs et l'hostilité à l'existence d'Israël, provoquant de vives critiques.

Voir la vidéo
FRANCETV INFO

Mis à jour le , publié le

A l'occasion du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France, lundi 7 mars au soir, Manuel Valls a fustigé "l'antisionisme" au même titre que l'antisémitisme. "Il y a l'antisémitisme des beaux quartiers, il y a aussi l'antisémitisme dans les quartiers populaires d'une jeunesse radicalisée, a déclaré le Premier ministre. Et puis il y a la haine d'Israël, il y a l'antisémitisme, et il y a l'antisionisme, c'est-à-dire tout simplement le synonyme de l'antisémitisme et de la haine d'Israël."

Pour le chef du gouvernement, "dire 'nous n'acceptons pas' (...) ce n'est pas suffisant". "Les paroles doivent être suivies par les actes. Des actes forts, soutenus par des politiques publiques volontaristes. Il ne faut pas avoir peur de mener ces politiques. Mener des politiques fortes contre l'antisémitisme ou l'antisionisme ne fera pas perdre des voix ici ou là dans tel ou tel quartier, elle honorera tous ceux qui seront engagés dans ce combat", a-t-il assuré.

L'"amalgame" ne passe pas sur les réseaux sociaux

Mettre sur le même plan l'antisémitisme, la haine des juifs, et l'antisionisme, l'hostilité à l'existence et à l'extension de l'État d'Israël, est une position qui ne passe pas chez certains, comme l'ont rapidement prouvé des réactions nourries sur Twitter.

Selon l'entourage de Manuel Valls, le Premier ministre a "repris" et "ajouté" des éléments au discours préparé par le président de la République, qui n'a pu assister au dîner du Crif en raison d'un sommet européen à Bruxelles.

Le Premier ministre Manuel Valls, le 7 mars 2016 lors du dîner du Crif à Paris.
Le Premier ministre Manuel Valls, le 7 mars 2016 lors du dîner du Crif à Paris. (MAXPPP)