Scandale de pédophilie dans le diocèse de Lyon : "Le cardinal Barbarin devrait se mettre en retrait"

L'archevêque de Lyon a vivement démenti avoir couvert des actes de pédophilie commis par des prêtres. Une intervention "curieuse et pathétique" pour La parole libérée, l'association de victimes du père Bernard Preynat. 

Le cardinal Philippe Barbarin, lors d'une conférence de presse à Lourdes (Hautes-Pyrénées), le 15 mars 2016. 
Le cardinal Philippe Barbarin, lors d'une conférence de presse à Lourdes (Hautes-Pyrénées), le 15 mars 2016.  (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Je veux dire avec la plus grande force que jamais, jamais, jamais je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie." Une nouvelle fois, le cardinal Philippe Barbarin a démenti, mardi 15 mars, avoir couvert un scandale de pédophilie dans son diocèse de Lyon. Figure de l'Eglise catholique française, l'archevêque est visé par une nouvelle plainte déposée par un haut responsable du ministère de l'Intérieur, concernant des atteintes sexuelles remontant au début des années 1990 et commises par un prêtre toujours en activité à Lyon.

Le primat des Gaules était déjà fragilisé par l'affaire Bernard Preynat, ce prêtre mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles perpétrées sur de jeunes scouts lyonnais entre 1986 et 1991. A la lisière de ce dossier, le cardinal Barbarin est visé par une enquête préliminaire pour non dénonciation d'atteintes sexuelles sur mineurs de 15 ans.

"Il a laissé un prêtre au passé pédophile au contact d'enfants"

Mais les dénégations du cardinal Barbarin ne convainquent guère l'association La parole libérée, qui rassemble les victimes de Bernard Preynat. "Nous ne disons pas qu'il a couvert des actes de pédophilie, nous disons qu'il a laissé un ou des prêtres qui avaient un passé pédophile au contact d'enfants", explique à francetv info Bertrand Virieux, l'un des porte-parole de l'association.

"C'est une nuance sémantique, mais qui a toute son importance pour nous. Car le problème reste un mauvais choix, au mauvais moment, sans avoir alerté qui que ce soit. Celui d'avoir laissé un prêtre au passé pédophile en présence d'enfants. C'est la réalité, c'est la vérité", insiste Bertrand Virieux.

"Il n'y a pas de prescription pour un enfant qui a été abusé"

L'intervention "curieuse et pathétique" du prélat depuis Lourdes, où se réunit la conférence des évêques de France, laisse le porte-parole de l'association sur sa faim. "Dieu merci, les faits sont prescrits", a déclaré le cardinal Barbarin, avant de s'excuser, interrogé par un journaliste sur "la violence de cette formule". "C'est peut-être un mauvais choix de mots, mais j'ai du mal à ne pas m'étrangler en entendant ce genre d'expression", réagit Bertrand Virieux.

Pour nous, la peine est définitive. Il n'y a pas de prescription pour un enfant qui a été abusé.

Bertrand Virieux, porte-parole de l'association La parole libérée

à francetv info

"On espérait plus d'empathie et de bienveillance à notre égard", témoigne le porte-parole. Pour l'association des victimes de Bernard Preynat, le cardinal Barbarin "devrait se mettre en retrait". "C'est difficile d'accepter qu'il ait encore toutes ces responsabilités au sommet du diocèse de Lyon après toutes ces lenteurs et ces dysfonctionnements."