Pâques : la tradition alsacienne du lamala, l'agneau pascal en biscuit génoise

Outre les fameux chocolats, en Alsace, Pâques est aussi l'occasion de manger le traditionnel lamala, un biscuit génoise en forme d'agneau.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Chaque année, pas une boulangerie alsacienne ne déroge à la tradition du lamala, le fameux agneau de Pâques. "Lamala", cela signifie "petit agneau pascal" en dialecte alsacien. Dans une association de Sélestat (Bas-Rhin), on le prépare de manière traditionnelle. Après avoir monté les blancs en neige et mélangé les jaunes au sucre, on assemble tout avec de la farine. Puis direction le four dans des moules en terre cuite. Quarante minutes plus tard, le biscuit génoise est prêt.

Une coutume chrétienne vieille de 500 ans.

Le lamala est une coutume chrétienne vieille de 500 ans. Et la recette n'est pas née par hasard. "Pendant la période du Carême, on gardait les oeufs parce que la consommation était proscrite. Le fait de faire ce biscuit avec les oeufs permettait aussi d'écouler tout le stock qu'on avait emmagasiné pendant toute cette période-là", explique Delphine Fischer, chargée du musée de la Maison du pain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Outre les fameux chocolats, en Alsace, Pâques est aussi l\'occasion de manger le traditionnel lamala, un biscuit génoise en forme d\'agneau.
Outre les fameux chocolats, en Alsace, Pâques est aussi l'occasion de manger le traditionnel lamala, un biscuit génoise en forme d'agneau. (FRANCE 3)