Après la polémique sur ses propos comparant juifs et musulmans, Vincent Peillon se défend sur Twitter

Le candidat à la primaire de la gauche Vincent Peillon s'est expliqué, mercredi 4 janvier, sur les réseaux sociaux pour mettre à la polémique. La veille, il avait comparé la situation actuelle des musulmans avec celle des juifs sous l'Occupation.

Vincent Peillon présente son programme pour la primaire de la gauche à Paris, le 3 janvier 2017.
Vincent Peillon présente son programme pour la primaire de la gauche à Paris, le 3 janvier 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

"Ce qu'ont vécu les Juifs sous Vichy ne saurait être banalisé d'aucune façon", a réagi Vincent Peillon après la polémique sur ses propos prononcés au cours de L'Entretien politique de France 2, mardi 3 janvier, où il a comparé le sort des Juifs sous l'Occupation et la situation actuelle des musulmans de France.

Le candidat à la primaire de la gauche avait déclaré lors de l'émission politique : "Certains veulent utiliser la laïcité – ça a déjà été fait dans le passé – contre certaines catégories de population, c’était il y a 40 ans (en réalité dans les années 40) les Juifs à qui on mettait des étoiles jaunes" a indiqué Vincent Peillon sur France 2. 

Vincent Peillon a ajouté que "c’est aujourd’hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans qu’on amalgame souvent avec les islamistes radicaux". "C’est intolérable", a-t-il conclu.

"De telles déclarations ne servent que ceux qui cherchent à réécrire l'Histoire", selon le Crif.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a demandé mercredi 4 janvier "une clarification et un correctif immédiat" au candidat à la primaire de la gauche.

Dans son communiqué, l'organisation dénonce l'instrumentalisation de "l'histoire de la déportation de plus de 75.000 Juifs, de la spoliation des biens juifs ou des lois discriminatoires comme le port de l'étoile jaune", qui ne saurait être "dévoyée et instrumentalisée au nom d'un soi-disant équilibre des souffrances".

Réactions en chaîne sur Twitter

Les propos de Vincent Peillon ont provoqué de vives réactions sur les réseaux sociaux, notamment de la classe politique. Dans un tweet, le Front National a conseillé au candidat socialiste de "réviser son histoire". Par ailleurs, des politiques ou militants de droite, comme de gauche, y sont aussi allés de leur commentaires. "La laïcité n'a jamais mené au port de l'étoile jaune", pouvait-on lire ainsi sur le compte Twitter des Jeunes avec Valls. Le sénateur Les Républicains des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, a quant à lui dénoncé une faute "grave"

Vincent Peillon veut mettre fin à la polémique

Mercredi 4 janvier, Vincent Peillon a reformulé ses propos par écrit. "Je tiens à préciser ma pensée et ma conviction qu'une contraction de phrases a pu déformer, s'est défendu Vincent Peillon sur Twitter : "Je n'ai évidemment pas voulu dire que c'était la laïcité qui était à l'origine de l'antisémitisme de la France de Vichy. (...) Et ce qu'ont vécu les Juifs sous Vichy ne saurait être banalisé d'aucune façon".

"J'ai voulu dénoncer la stratégie de l'extrême droite qui utilise les mots de la République pour les détourner contre la population. Elle le fait aujourd'hui avec la laïcité contre les musulmans en les confondant avec les islamistes radicaux qu'il faut eux combattre", a-t-il ajouté.