"L'évêché fait une bonne affaire sur le dos des Tropéziens" : la vente du presbytère fait polémique

L'évêché de Saint-Tropez a décidé de se séparer de son vieux presbytère. Les paroissiens, qui ont aidé à financer la rénovation du bâtiment il y a quelques années, ne décolèrent pas. 

L\'église Notre-Dame-de-l\'Assomption de Saint-Tropez est située à une centaine de mètres de son presbytère qui sera bientôt vendu par l\'évêché.
L'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Saint-Tropez est située à une centaine de mètres de son presbytère qui sera bientôt vendu par l'évêché. (SYLVESTRE / MAXPPP)
avatar
Isabelle DorfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

C'est une vente qui suscite la polémique à Saint-Tropez, dans le Var. L'évêché a décidé de se séparer de son vieux presbytère, en centre-ville. Les activités du presbytère seront transférées dans un autre bâtiment, situé un kilomètre plus loin. Cette décision a provoqué la colère et la révolte des paroissiens. Ils accusent l'évêché de faire une affaire immobilière sur leur dos et sans concertation. L'évêché évoque un manque de place. 

Déjà 391 000 euros investis pour une rénovation

Le presbytère, dont les murs n'appartiendront bientôt plus à l'évêché de Saint-Tropez, est une maison de village située à 100 mètres de l'église. Le bâtiment a été rénové il y a quelques années grâce aux dons des paroissiens. "Il est évident que quand une quête rapporte 391 000 euros pour rénover le presbytère et qu'on voit ensuite ce presbytère vendu pour 8 millions d'euros on se dit que c'est l'évéché qui fait une bonne affaire sur le dos des Tropéziens", déplore Dominique, qui a fait un don pour la rénovation du bâtiment. 

Ce n'est pas le nouveau presbytère qui va consoler les paroissiens, très attachés à l'ancien. "Pour nous, c'est un lieu de vie essentiel. C'est inconcevable qu'il parte à plus d'un kilomètre du centre-ville uniquement pour faire une affaire financière immobilière", s'indigne Serge, le "Cepoun" de Saint-Tropez, c'est-à-dire le gardien des traditions, lors de fêtes locales. Selon lui, en quelques années, l'évêché aurait récolté entre 11 et 12 millions d'euros grâce aux ventes effectuées à Saint-Tropez.

Ils ont déjà vendu l'église et la petite maison attenante pour trois millions d'euros. Le presbytère est en train de se vendre à 8 millions d'euros et ils sont en train de vendre également un autre appartement en ville.

Serge, "Cepoun" de Saint-Tropez

à franceinfo

De son côté, l'évêché explique que la vente du presbytère servira à financer les bonnes œuvres de la paroisse. De plus, l'institution religieuse évoque des besoins techniques pour justifier la transaction. "Notre presbytère était trop petit : il est conçu pour un prêtre, aujourd'hui nous avons deux prêtres et un séminariste", justifie Aymeric Floury, le porte-parole de l'évêché. Il tient aussi à calmer les protestations des paroissiens, injustifiées selon lui. "Ce n'est pas parce que les gens ont fait un don qu'ils deviennent copropriétaires", prévient-il. Cet argument fait bondir les paroissiens : ils ont lancé une pétition déjà signée par plusieurs centaines de personnes.