Gironde : la maison d'arrêt de Gradignan bloquée par des surveillants après une agression

Le mouvement de contestation est né mardi matin après l'agression d'un gardien jeudi par un détenu armé d'une lame de rasoir. Le délégué syndical FO-Pénitentiaire en Gironde dénonce un climat d'insécurité pour le personnel pénitentiaire.

Un gardien de la maison d\'arrêt de Gradignan, en Gironde. (Photo d\'illustration)
Un gardien de la maison d'arrêt de Gradignan, en Gironde. (Photo d'illustration) (COTTEREAU FABIEN / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La maison d'arrêt de Gradignan en Gironde est bloquée par des surveillants depuis 7 heures du matin, mardi 5 septembre, pour réclamer des moyens supplémentaires. Le mouvement est né de l'agression d'un gardien jeudi par un détenu armé d'une lame de rasoir.

La prison est une "passoire"

Hubert Gratraud, délégué syndical FO-Pénitentiaire en Gironde, a dénoncé, sur France Bleu Gironde, une "passoire". "Des personnes malveillantes peuvent venir projeter des portables, des stupéfiants ou des armes blanches" dans la prison, en "escaladant le mur d'enceinte sans être inquiétées", a expliqué le surveillant.

"Il nous faudrait une quinzaine d'agents en plus" pour travailler sereinement, selon Hubert Gratraud. "On vient travailler avec la boule au ventre" en pensant que "derrière la porte il y a un détenu qui va vous agresser avec une lame de rasoir", a témoigné le gardien de prison.