Nucléaire : la justice ouvre une enquête préliminaire sur des anomalies de fabrication à l'usine Areva du Creusot

Une enquête préliminaire sur le processus de fabrication des pièces dans l'usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire) a été ouverte mercredi par le parquet de Paris.

L\'usine Areva du Creusot (Saöne-et-Loire).
L'usine Areva du Creusot (Saöne-et-Loire). (BONY/SIPA / SIPA)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Après la révélation d'anomalies dans le processus de fabrication de pièces de réacteurs nucléaires par l'usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire), le parquet de Paris a ouvert, mercredi 7 décembre, une enquête préliminaire pour "mise en danger d'autrui, faux, usage de faux et tromperie aggravée", selon une information confirmée jeudi à franceinfo.

Des anomalies détectées dans le suivi des processus de fabrication

La justice se penche notamment sur de possibles irrégularités dans les documents de suivi. L'enquête est confiée au pôle santé publique du parquet. En avril 2016, après avoir repéré plusieurs anomalies dans des documents et dans le suivi du processus de fabrication, Areva avait lancé un audit sur des dossiers de fabrication de pièces nucléaires du Creusot. En octobre, l'Autorité de sûreté nucléaire avait souligné que certaines de ces anomalies s'apparentaient à des "falsifications."

L'usine Areva du Creusot a notamment produit la cuve de l'EPR de Flamanville (Manche) et des pièces pour les centrales de Gravelines et Fessenheim.