En désaccord avec un projet nucléaire outre-Manche, le directeur financier d'EDF démissionne

Thomas Piquemal doute de la "faisabilité à court terme" du projet, d'un coût estimé à 23,2 milliards d'euros.

Thomas Piquemal, directeur financier d'EDF, le 16 février 2016 lors d'une conférence de presse organisée à Paris.
Thomas Piquemal, directeur financier d'EDF, le 16 février 2016 lors d'une conférence de presse organisée à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Mis à jour le , publié le

Crise de direction chez EDF. Le projet controversé de construction de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, a provoqué la démission de Thomas Piquemal, directeur financier du géant français de l'électricité. Le groupe a officialisé la nouvelle, lundi 7 mars, en même temps que le remplacement du dirigeant par Xavier Girre, qui occupait jusqu'à présent le poste de directeur financier pour la France.

Thomas Piquemal doutait de la "faisabilité à court terme" du projet, d'un coût estimé à 23,2 milliards d'euros, avait confirmé l'entourage du groupe la veille. Dans la foulée, l'action EDF a plongé de plus de 8% à la Bourse de Paris.

Une opération qui compromettrait la santé d'EDF

La source appartenant à l'entourage du groupe avait également précisé que le directeur financier ne souhaitait pas précipiter la construction des deux réacteurs, censés entrer en service en 2025 : "Il a estimé qu'à un moment, il fallait prendre ses responsabilités."

D'après l'agence Bloomberg, Thomas Piquemal s'inquiétait notamment que la décision finale d'investissement puisse être annoncée dès début avril. Cette opération compromettrait, selon lui, la santé financière du groupe, qui est déjà confronté à d'importants défis ces prochaines années, dans un environnement énergétique déprimé en Europe.

Les inquiétudes de Thomas Piquemal sur Hinkley Point rejoignent celles des syndicats d'EDF : ils demandent le report du projet, qui a fait l'objet d'un accord commercial en octobre 2015, craignant eux aussi que le coût de la construction ne menace l'existence de l'électricien public.