Rachat d'Uramin par Areva : le mari d'Anne Lauvergeon mis en examen pour délit d'initié

Olivier Fric est suspecté de "blanchiment de fraude fiscale" et d'avoir spéculé sur le rachat par Areva.

Un forage réalisé par le groupe Areva en Namibie, en mai 2012, après le rachat du groupe Uramin.
Un forage réalisé par le groupe Areva en Namibie, en mai 2012, après le rachat du groupe Uramin. (COLIN MATTHIEU / AFP)

Mis à jour le , publié le

Olivier Fric, l'époux de l'ancienne patronne d'Areva, a été mis en examen pour délit d'initié et blanchiment dans un volet de l'enquête sur le rachat calamiteux de la société Uramin par le géant du nucléaire, a-t-on appris mercredi 30 mars.

En 2007, Areva, alors dirigé par Anne Lauvergeon, a racheté Uramin, une société minière canadienne pour 1,8 milliard d'euros. Son mari, Olivier Fric, était alors "consultant en énergie". Il aurait bénéficié de très nombreuses informations sur Uramin. Il est suspecté par Tracfin de blanchiment de fraude fiscale et d'avoir spéculé sur le rachat par Areva.

"Masquer l'opération" via une société suisse

Selon une note de la cellule de Bercy, Tracfin relevait des achats de titres entre mai et juin 2007, peu de temps avant l'annonce officielle le 15 juin 2007 d'une OPA d'Areva sur Uramin. Les titres avaient été revendus en bloc le 20 juin 2007, permettant de dégager un bénéfice de près de 300 000 euros. Tracfin soupçonne aussi Olivier Fric d'avoir voulu "masquer l'opération", via une société suisse, dont il "n'est pas le bénéficiaire effectif", mais l'ayant-droit économique des comptes bancaires.