Nucléaire : la France agacée par la leçon de morale allemande

La centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) sera bien fermée, mais pas tout de suite, a réagi le gouvernement français, s'appuyant sur le rapport de l'Agence de sûreté nucléaire.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

L'Allemagne a demandé à la France de fermer sa centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). Et selon Jeff Wittenberg, en direct du ministère de l'Écologie, la France "tente d'apporter des réponses à cette polémique. L'Agence de sûreté affirme que le niveau de sécurité de la centrale de Fessenheim est globalement satisfaisant. Et qu'il n'y a donc pas de raison de la fermer dans l'immédiat. Ensuite, il y a une réponse politique : Ségolène Royal nous explique ce soir qu'il y a un processus qui est enclenché. La fermeture de Fessenheim est irréversible, le président Hollande s'y est engagé, même si elle survient à la fin de son quinquennat", explique le journaliste.

Des centrales à charbon polluantes

Et il faut pour cela qu'une autre centrale ouvre, "en l'occurrence l'EPR de Flamanville (Manche) pour qu'il y ait une production d'électricité constante. On sent en tout cas qu'il y a une part d'agacement des autorités françaises, car les Allemands ont abandonné leur programme nucléaire, et qu'en échange, ils ont rouvert des centrales à charbon, qui sont très polluantes", conclut le journaliste, se faisant l'écho de ce qui se dit dans les couloirs du ministère.

Le JT
Les autres sujets du JT
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), photographiée ici en novembre 2013.
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), photographiée ici en novembre 2013. (SEBASTIEN BOZON / AFP)