INFO FRANCEINFO. Défauts sur la cuve de l’EPR de Flamanville : l'Autorité de sûreté nucléaire avait alerté EDF dès 2005 de dysfonctionnements chez le fabricant

Des documents révélés par franceinfo montrent que, dès 2005, l'Autorité de sûreté nucléaire avait alerté EDF puis Areva sur des problèmes de qualité à l'usine Creusot Forge. C'est là qu'a été fabriquée la cuve de l’EPR de Flamanville (Manche).

Le chantier de l\'EPR de Flamanville, le 30 mars 2016.
Le chantier de l'EPR de Flamanville, le 30 mars 2016. (MAXPPP)
avatar
Sylvain TronchetfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

EDF, puis Areva, avaient été alertés avant la fabrication de la cuve de l’EPR de Flamanville (Manche) que l'usine Creusot Forge connaissait de sérieux problèmes de qualité. Les deux industriels semblent avoir ignoré les avertissements de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et installé la cuve dans le bâtiment réacteur en 2014, en dépit de ces mises en garde. Cet élément-clé de l’EPR attend toujours d’être validé par le gendarme du nucléaire en raison d’une teneur en carbone trop importante. Franceinfo a eu accès aux documents qui attestaient des risques de défaut dès 2005.

La cuve de l'EPR n’est pas conforme à la réglementation

Le couvercle et le fond de la cuve du réacteur de l’EPR de Flamanville ont été fabriqués par Creusot Forge, en Bourgogne, entre septembre 2006 et décembre 2007. Dès le mois d’août 2006, l’ASN s’inquiète et demande par courrier à Areva de démontrer que l’acier de ces deux pièces est bien homogène. Pendant sept ans, les échanges de courrier se succèdent, le fabricant et l’ASN s’opposent sur des considérations techniques, mais aucune analyse n’est pratiquée. Le 24 janvier 2014, la cuve, qui est arrivée sur le chantier de Flamanville, est posée dans le bâtiment réacteur. Neuf mois plus tard, le verdict tombe. Areva a enfin fait des tests. Ils sont négatifs : le fond et le couvercle présentent des anomalies. Dans le jargon des sidérurgistes, on les appelle des "ségrégations carbone". "L'acier de la cuve doit normalement contenir 0,2% de carbone, explique Yves Marignac, expert du secteur nucléaire. Là, c'est une concentration de plutôt 0,3%, ça suffit pour modifier les propriétés mécaniques de l'acier et, en particulier, pour influencer la température à laquelle il devient moins souple et plus cassant", ajoute-t-il. C'est ennuyeux, lorsque l'on sait que le scénario de rupture de la cuve n'existe pas dans le nucléaire. Il n'y a pas de plan B en cas d'accident de ce type.

Areva et EDF ont donc installé l’élément central de l’EPR de Flamanville sans être certains qu’il était conforme. La situation est incompréhensible, y compris pour des élus loin d’être des antinucléaires, comme Jean Claude Delalonde. Le président de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information des centrales nucléaires (ANCCLI) ne comprend toujours pas le scénario. "Comment est-il possible qu'une cuve ait été fabriquée et qu'on ne l'ait pas vérifiée avant de la mettre en place ? C'est le b.a.-ba !, déclare-t-il. On n'imaginait vraiment pas que cela puisse arriver dans une filière nucléaire française pour laquelle on nous martèle depuis 50 ans que c'est la meilleure au monde. Ils nous ont bourré le mou !"

Des courriers démontrent qu’EDF avait été alerté dès 2005

Les industriels avaient pourtant toutes les raisons de se méfier. Dans un courrier du 16 décembre 2005, que s’est procuré franceinfo, l’Autorité de sûreté nucléaire met en garde EDF sur la fiabilité de cette usine un an avant la fabrication des éléments de cuve de l’EPR. L’ASN explique avoir constaté "de nombreux écarts concernant le forgeron Creusot Forge". Ce courrier sera suivi d’une inspection du site en avril 2006 au cours de laquelle l’ASN dresse 16 constats d’écarts et irrégularités.

Extrait d\'un courrier de l\'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à EDF en 2005
Extrait d'un courrier de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) à EDF en 2005 (RADIO FRANCE)

Le 16 mai, dans un nouveau courrier, l’ASN alerte EDF sur de "nombreux incidents" au sein de l’usine entraînant un "nombre de rebuts important".  

Lettres de l'ASN avertissant EDF des problèmes de Creusot Forge en 2005 et 2006

L’ancien directeur général de l’ASN, André-Claude Lacoste, a également confirmé à franceinfo qu’il s’était rendu sur place en 2006, et qu’il était revenu "effondré" par ce qu’il avait vu. Selon lui, la forge n’était pas au niveau des standards attendus dans le nucléaire. Il explique avoir prévenu Areva des difficultés que connaissait son fournisseur. La forge était contrôlée depuis 2003 par l’homme d’affaires Michel-Yves Bolloré, le frère aîné de Vincent. Pour le directeur du site de l’époque, René Dumont, "l'objectif de Bolloré était financier, et il n'était pas spécialement technique". "Je n'ai pas pu lui faire parler de stratégie industrielle", précise-t-il. De nombreux cadres quittent la forge. L’usine est mal entretenue et perd des compétences. Areva la rachète en 2006, pour la somme astronomique de 170 millions d’euros. Elle avait coûté environ 800 000 à Michel-Yves Bolloré. Il n’a pas souhaité répondre aux questions de franceinfo.

Mais l’arrivée d’Areva aux commandes ne change a priori pas la donne. L’ASN a depuis reconnu que la forge était "mal équipée" pour produire des composants lourds pour le nucléaire. En 2009, une inspection de la Commission de réglementation nucléaire des États-Unis (NRC) au Creusot a également pointé du doigt des méthodes de fabrication défaillantes.

Plusieurs témoignages de salariés ont également confirmé à franceinfo que les procédures qualité sur le site n’étaient pas celles que l’on connaît habituellement dans le nucléaire. Areva n’a pas souhaité commenter les révélations de franceinfo. David Emond, directeur composants d’Areva NP affirme que "l’usine du Creusot est faite pour fabriquer des composants nucléaires", et qu’elle l’était en 2006.

De son côté, EDF reconnaît qu’elle connaissait les problèmes du forgeron bourguignon, et explique qu’elle a "renforcé sa surveillance en augmentant ses actions de contrôle" à l’époque.

Un "incident qualité" sur une pièce de Creusot Forge pour Fessenheim

Dès qu'elle a appris l'existence de défauts sur la cuve, l'ASN a demandé un audit complet de l'usine du Creusot. Areva traîne des pieds, fournit un premier rapport, "totalement creux" d'après un proche du dossier. L'Autorité de sûreté nucléaire se fâche, exige une revue complète de l'usine. Areva s'exécute. En mai 2016, les conclusions tombent, invraisemblables : des pièces non conformes ont été livrées à l'industrie nucléaire et, dans certains cas, les dossiers de fabrication ont été falsifiés de façon à le dissimuler au client.

À l'ASN, le directeur général adjoint, Julien Collet, se souvient de sa stupeur quand il a réalisé ce qu'il se passait au Creusot. "Ces pratiques sont dans un écart tel avec ce qu'on attend d'un fournisseur de ce niveau qu'on a presque du mal à y croire. On ne s'attendait pas à observer de telles déviances", explique-t-il.

Parmi ces "déviances", la plus problématique concerne un générateur de vapeur, fabriqué au Creusot en 2008, et installé sur le réacteur 2 de la centrale de Fessenheim en 2012. Lors de sa fabrication, la pièce est sortie trop courte de la forge. Il était impossible d'en couper les extrémités pour éliminer les impuretés qui s'accumulent à chaque bout, une phase essentielle dans cette industrie. La pièce aurait dû être rebutée. Mais il a été décidé de la livrer quand même à EDF, comme le montre le document ci-dessous, sans prévenir l'électricien de ce "défaut" potentiellement grave sur un équipement aussi sensible. Une enquête préliminaire est ouverte et plusieurs associations ont porté plainte contre EDF et Areva, notamment pour usage de faux et mise en danger délibérée de la vie d'autrui.

Fiche incident qualité de la centrale de Fessenheim
Fiche incident qualité de la centrale de Fessenheim (RADIO FRANCE)

Pour sa défense, Areva explique avoir découvert sur le tard une forme de culture de la négligence à l'usine du Creusot, explique David Emond, le directeur Composants de l’industriel. "Ces pratiques existaient depuis des décennies. Elles sont inacceptables d'un point de vue culture de la sûreté et de l'assurance de la qualité. Dans cette usine, on n'a pas eu cette culture sur toute la période", explique-t-il. 

Areva aurait donc été victime de "traditions locales", remontant à bien avant son rachat du site. L'argument fait hurler l'ancien directeur de la forge, René Dumont. "Accuser les gens qui ont fait vivre cette forge pendant des décennies, qui ont fourni des tas de pièces dans le monde, d'avoir mis en place un système basé sur la magouille et la falsification, c'est de la calomnie, s'insurge l'ancien dirigeant. C'est surtout, je pense, le désir de camoufler ses propres manquements." De fait, lorsqu'on examine les falsifications les plus graves, celles qui auraient pu avoir un vrai impact du point de la sûreté nucléaire sont toutes relativement récentes et datent de l'époque Areva.

Une décision sur la cuve qui aura des conséquences majeures sur la filière 

L’ASN doit se prononcer en septembre sur la cuve de l’EPR et dire si, malgré ses défauts, la pièce est bonne pour le service. Une décision aux conséquences multiples qui ne laisse guère de choix à l’Autorité, selon Cyrille Cormier, de Greenpeace. "Aujourd'hui, on dit à l'ASN : à vous de valider ou non l'utilisation de la cuve de l'EPR. Mais on lui dit : attention, si vous ne validez pas la cuve, c'est le chantier de l'EPR de Flamanville qui prend des années de retard et donc des milliards d'euros supplémentaires. C'est sans doute la construction d'un nouvel EPR à Hinkley Point en Angleterre qui tombe. Et c'est le chantier de Taishan en Chine qui s'arrête." Cyrille Cormier va plus loin : "C’est le sauvetage d’Areva par l’Etat qui est menacé. C’est tout le projet d'une industrie nucléaire française, le renouveau du nucléaire, qui tombe à l'eau. Evidemment on sait ce qui va se passer : personne ne peut résister à une telle pression."

D’ailleurs, chez Areva on se dit confiant : la cuve sera déclarée apte au service. Pourtant, certains acteurs de la filière ne font plus confiance à l’industriel français. Dans un récent rapport d’inspection de la forge que s’est procuré franceinfo, l’Autorité de sûreté britannique (ONR) explique avoir repéré des procédures qualité irrégulières en décembre dernier au Creusot. L’ONR met en doute la capacité d’Areva à corriger la situation et suggère qu’EDF envisage un autre fournisseur pour le projet de construction de deux EPR à Hinkley Point, dans l’ouest de l’Angleterre. La perte du marché britannique menacerait l’avenir du site du Creusot. En visite en Bourgogne, en mai dernier, Emmanuel Macron affirmait que, sans Hinkley Point, "il y aurait des centaines de licenciements".

Rapport d'inspection de Creusot Forge par l'Office de régulation nucléaire britannique

L’affaire de la forge du Creusot a d’ores et déjà ébranlé la filière en remettant en cause l’un de ses fondements : en France, c'est l'industriel qui déclare ses problèmes, l'autorité de sûreté compte sur son "honnêteté". À l'ASN, le directeur général adjoint, Julien Collet, admet que le dossier Creusot Forge change la donne. "On a un opérateur qui n'est pas dans une logique d'identification et de traçabilité de ses écarts comme cela devrait être le cas, mais qui est dans une logique où l'on préfère cacher les anomalies, les mettre sous le tapis." Quel enseignement en tire-t-il ? "Cela interroge vraiment la manière dont nos inspecteurs doivent mener leurs investigations. Il faut qu'on complète notre arsenal", estime Julien Collet.

L'Autorité de sûreté n'a pas de vrais pouvoirs d'investigation et, surtout, pour Bernard Laponche, physicien nucléaire, ancien du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). Elle manque de moyens, explique le scientifique. "L'ASN doit surveiller 58 réacteurs, les chantiers type EPR et ITER, les usines du combustible, de retraitement, d'enrichissement, toute la médecine basée sur les rayons... Et ils sont à peu près 400. À partir du moment où on s'est aperçu que tout ce système déclaratif n'était pas très fiable, cela veut dire qu'il faut des contrôles beaucoup plus forts. Pour cela, il faut des gens", déclare Bernard Laponche.

L’autorité doit dévoiler des propositions avant l’été pour montrer qu’elle est capable, à l’avenir, de détecter plus tôt des pratiques telles que celles qui ont eu cours au Creusot. Le sujet sera certainement sur le bureau du futur président de la République.