Maroc : deux ans de prison pour une jupe trop courte ?

Ce lundi, à Agadir, au Maroc, s’ouvre le procès de deux Marocaines arrêtées le 16 juin dernier pour attentat à la pudeur. Les deux jeunes femmes sont accusées d'avoir porté des jupes trop courtes. Selon le code pénal, elles risquent jusqu'à deux ans de prison. Une partie de la société civile marocaine réclame l'arrêt des poursuites.

(Manifestation de soutien aux deux jeunes femmes le 28 juin 2015 à Rabat © maxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Pour les deux jeunes filles, tout commence alors qu'elles font les courses dans le souk d’Inezgane, dans le sud du pays. Certains commerçants jugent leur tenue indécente. Elles sont alors molestées. Leur avocat raconte même qu'une horde déchainée les a encerclées. Elles se réfugient alors dans une boutique, en attendant la police, mais de victimes deviennent vite accusées.

Embarquées au poste, elles seront poursuivies pour attentat à la pudeur et risquent jusqu'a deux ans de prison. Leurs agresseurs ont finalement été arrêtés il y a quelques jours pour harcèlement sexuel et agression. Selon un communiqué de la Sécurité nationale, ce sont des jeunes hommes de 17 à 18 ans, qui les ont harcelées "en raison de leurs tenues qu'ils considéraient comme indécentes, avant que cela ne dégénère en une agression verbale et physique, l'un deux ayant fait des gestes indécents". Ils risquent eux de un mois à deux ans de prison.

Plusieurs rassemblements de soutien ont eu lieu ces dernières semaines à Rabat et Casablanca sous le slogan :  

"Porter une jupe n'est pas un crime"

Sur Internet une pétition de soutien a déjà recueilli près de 25 000 signatures.

Le Maroc a enregistré ces dernières semaines une série de controverses liées aux mœurs. Il y a quelques jours, à Fès dans le centre du pays, un jeune homme a été tabassé par une foule en raison de son homosexualité supposée.