Frigide Barjot n'entend pas déposer les armes. A quelques heures du vote solennel de la loi sur le mariage pour tous à l'Assemblée, mardi 23 avril, l'égérie des opposants au mariage des homos a lancé un appel aux Parisiens à manifester de nouveau, mardi soir, contre le texte qui ouvre aux homosexuels le droit au mariage et à l'adoption.

Invitée de France 2, la porte-parole de la Manif pour tous a admis que, si ce texte est voté, il sera pratiquement impossible à une nouvelle majorité de l'abroger s'il n'est pas censuré par le Conseil constitutionnel. Ce qui pose problème, selon elle, n'est pas d'accorder aux couples de même sexe les mêmes droits à l'union qu'aux hétérosexuels. En revanche, elle est fermement opposée à l'adoption d'un enfant par les couples homosexuels, et estime également que des problèmes de filiation vont se poser. "Il est clair que la loi va s'appliquer, sans doute d'ici juin ou septembre. Les mariages seront valables, on ne démariera pas, c'est absolument évident", a dit Frigide Barjot.

Elle a proposé qu'un référendum donne aux Français à choisir entre le projet de loi Taubira, du nom de la ministre de la Justice, et un texte inspiré d'une proposition de loi du député UMP Daniel Fasquelle instituant une "alliance civile" qui va plus loin que le pacte civil de solidarité (Pacs). Elle a suggéré de "constitutionnaliser le mariage pour être sûr qu'effectivement [...] on n'ouvre pas des droits procréatifs artificiels"

Frigide Barjot, porte-parole de la Manif pour tous, le 21 avril 2013, à Paris, lors d'une manifestation contre le mariage des homosexuels.
Frigide Barjot, porte-parole de la Manif pour tous, le 21 avril 2013, à Paris, lors d'une manifestation contre le mariage des homosexuels. (PIERRE ANDRIEU / AFP)