"Ce qui est en marche, c'est la fin des droits de l'homme", a lancé Christine Boutin, vendredi 1er février, sur Public Sénat. La présidente du Parti chrétien-démocrate, opposante du projet de loi sur le mariage pour tous, a estimé qu'il y avait un lien entre l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples homosexuels et la gestation pour autrui (GPA).

"Est-ce que nous considérons que l’homme et la femme sont l’alpha et l’omega de notre construction sociale ou est-ce qu’au contraire, la personne humaine devient une valeur relative, objet de commercialisation ?" s'est-elle interrogée dans une allusion à la gestation pour autrui. 

Et Christine Boutin d'invoquer les révolutionnaires de 1789. "Le problème du mariage homosexuel, c’est le faux nez de la fin des droits de l’homme dans la république française", a-t-elle jugé. C’est beaucoup plus important et ça dépasse le problème de l’homosexualité. C’est le problème de nos principes fondamentaux, qui ont été consacrés en 1789, qui fait que la France est un pays des droits de l’homme."

Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate, le 23 avril 2012 à Paris.
Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate, le 23 avril 2012 à Paris. (YVES HERMAN / REUTERS)