Ni putes ni soumises demande le retrait de la circulaire Taubira

L'association souligne que "les mères porteuses sont souvent les premières victimes de la précarité économique", dans un communiqué publié jeudi.

Christiane Taubira, la ministre de la Justice, le 24 janvier 2013 à Ajaccio (Corse-du-Sud).
Christiane Taubira, la ministre de la Justice, le 24 janvier 2013 à Ajaccio (Corse-du-Sud). (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle se dit "scandalisée". L'association féministe Ni putes ni soumises (NPNS) demande, dans un communiqué publié jeudi 31 janvier, le retrait de la circulaire Taubira, qui facilite la délivrance d'un certificat de nationalité française aux enfants nés à l'étranger de mères porteuses.

NPNS "attire l'attention de la ministre de la Justice sur les dérives de cette circulaire et l'incite fortement à la retirer" car "elle laisse place à ce marché, honteux, des ventres à louer".

"Cette circulaire doit être abrogée", demande NPNS, qui juge "intolérable et inacceptable l'idée de vendre ou de louer le corps d'une femme qui deviendrait, de ce fait, l'objet d'une commande". Pour cette association qui milite notamment contre le machisme des jeunes, "les 'mères porteuses' sont souvent les premières victimes de la précarité économique".