Mariage pour tous : sur les réseaux sociaux, la #TeamHumiliés répond à Macron

Dans "L'Obs", le candidat d'En marche ! a estimé que les opposants au mariage pour tous avaient été humiliés pendant le débat sur la loi Taubira. Ces propos ont provoqué la colère de la communauté homosexuelle. 

Emmanuel Macron répond aux questions des journalistes, le 14 février 2017, à Alger (Algérie). 
Emmanuel Macron répond aux questions des journalistes, le 14 février 2017, à Alger (Algérie).  (AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sur ce coup-là, Emmanuel Macron ne s'est pas attiré la sympathie de la communauté homosexuelle. Dans une interview accordée à L'Obs, jeudi 16 février, le candidat à la présidentielle a critiqué le quinquennat de François Hollande en prenant la défense des opposants au mariage pour tous"Une des erreurs fondamentales de ce quinquennat a été d'ignorer une partie du pays qui a de bonnes raisons de vivre dans le ressentiment et les passions tristes. C'est ce qui s'est passé avec le mariage pour tous, où l'on a humilié cette France-là", a regretté le fondateur d'En marche ! à propos de l'adoption de la loi Taubira. 

L'humiliation des homosexuels, "elle compte pour du beurre ?"

Ces propos ont immédiatement déclenché la colère de nombreux partisans du mariage entre adultes de même sexe. Sur Twitter, ils se sont indignés des déclarations du candidat, en reprenant à leur compte l'expression "humiliés" utilisée par Emmanuel Macron et en donnant une tout autre lecture du passage de la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe. Ils ont rappelé les insultes, les remarques déplacées et parfois les coups reçus en raison de leur homosexualité. 

Interrogée par l'AFP, Virginie Combe, porte-parole de l'association SOS homophobie, a elle aussi dénoncé les propos d'Emmanuel Macron. "Ignorer toutes les haines qui se sont manifestées" contre des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles et trans) durant les débats sur la loi Taubira relève d'une "erreur fondamentale", a-t-elle déclaré. "On se demande si son objectif n'est pas de ratisser des voix qui ne sont pas de son côté."