Mariage pour tous : quand l'Ifop réalise un sondage orienté pour Frigide Barjot

Un sondage relayé par l'hebdomadaire "Valeurs actuelles" laisse entendre que l'inscription à l'état civil d'enfants nés de PMA ou de GPA est une conséquence de la loi Taubira... alors qu'elle ne figure pas dans le texte législatif.

Virginie Tellenne, alias Frigide Barjot, le 4 mai 2015 à Paris, lors d\'une manifestation.
Virginie Tellenne, alias Frigide Barjot, le 4 mai 2015 à Paris, lors d'une manifestation. (MANNONE CADORET / CITIZENSIDE.COM / AFP)
avatar
Ilan CaroFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Quelque 54% des Français seraient "opposés au mariage pour tous", à en croire le site de Valeurs actuelles. Le magazine, très marqué à droite, se base, jeudi 17 septembre, sur les résultats d'un sondage confidentiel (ni la méthodologie, ni le nombre de personnes interrogées n'ont été indiqués) réalisé par l'Ifop et commandé par Frigide Barjot, l'ancienne égérie de la Manif pour tous.

Selon cette enquête, seuls 46 % des Français souhaitent "conserver la loi Taubira sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels avec reconnaissance à l’état civil des enfants conçus à l’étranger d’une mère porteuse (GPA) ou par insémination artificielle (PMA avec donneur anonyme)".

La PMA et la GPA ne figurent pas dans la loi Taubira

La formulation de la question est sujette à caution : en effet, la loi Taubira sur le mariage des couples de même sexe ne mentionne ni la gestation pour autrui (GPA), ni la procréation médicalement assistée (PMA). Deux pratiques qui restent interdites sur le territoire français.

"La PMA et la GPA ne figurent pas dans la loi, mais la jurisprudence découlant de ce texte consacre la reconnaissance à l'état civil des enfants nés à l'étranger par PMA ou GPA", se défend Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies d'entreprise de l'Ifop, contacté par francetv info.

Le 3 juillet 2015, la Cour de cassation a en effet validé pour la première fois l'inscription à l'état civil de deux enfants nés de gestations pour autrui en Russie. Problème : pour prendre cette décision, la haute juridiction française ne s'est pas appuyée sur la loi Taubira, mais sur un arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme qui avait condamné la France en 2014 pour avoir refusé l'inscription à l'état civil d'enfants nés d'une GPA.

Un sondage commandé par le collectif de Frigide Barjot

Le libellé de la question posée dans le sondage, qui laisse croire que cette situation est la conséquence directe de la loi votée en 2013, est donc trompeur. Bien que le sondeur assure "faire en sorte que les libellés soient les plus objectifs possibles" quel que soit le client, il va de soi que la formulation retenue doit beaucoup au commanditaire du sondage, le collectif L'Avenir pour tous, présidé par Frigide Barjot.

L'an dernier, un sondage également réalisé par l'Ifop, mais pour le site d'informations Atlantico, donnait des résultats bien différents : 68% des personnes interrogées se disaient favorables au mariage entre personnes de même sexe, et 53% pour le droit à l'adoption. Contrairement au sondage publié ce jeudi, les questions ne faisaient référence ni à la GPA ni à la PMA. Une preuve supplémentaire des précautions de rigueur à prendre pour analyser les enquêtes d'opinion.