Contre le mariage pour tous, Marion Maréchal-Le Pen évoque (à nouveau) la polygamie

En déplacement en Italie, la députée du Vaucluse a affirmé que le mariage ne devait pas être "une reconnaissance sociale de l'amour". Un argument qu'elle défendait déjà en 2012.

La députée du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen, en déplacement à Milan (Italie), le 16 mars 2016.
La députée du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen, en déplacement à Milan (Italie), le 16 mars 2016. (DIEGO STELLINO / CITIZENSIDE / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Depuis le début de l'année, le Front national entonne le refrain de la "France apaisée". Marion Maréchal-Le Pen a mis un bémol à ce slogan, mercredi 16 mars, en évoquant sa crainte que la reconnaissance du mariage pour les couples de même sexe n'ouvre la voie à la polygamie.

Le mariage ne doit pas être "une reconnaissance sociale de l'amour", a expliqué la députée, en déplacement en Italie pour remercier son allié de la Ligue du Nord pour son soutien pendant les régionales en Paca. Une critique implicite du mariage entre homosexuels, auquel elle est opposée. Cela risque pour elle d'"ouvrir la voie (...) à de très nombreuses dérives".

D'autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d'amour, je pense notamment à la polygamie.

Marion Maréchal-Le Pen

Elle évoquait déjà le sujet en 2012

Ce n'est pas la première fois que l'élue du Vaucluse tient de tels propos. En 2012, sur LCI, elle avait usé de la même logique pour s'opposer au mariage pour tous. "Si on va au bout de la logique, pourquoi interdire la polygamie ? se demandait-elle, comme le rappelle cet article du Lab. Après tout, si un homme aime plusieurs femmes, et que ces femmes l'aiment en retour, après tout, qu'est-ce qui nous l'interdit ?"

Cette nouvelle déclaration intervient alors que l'Italie, dernier grand pays d'Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples de même sexe, vit un débat agité autour d'une loi a minima, la loi dite Cirinnà, sur les unions civiles.