Légalisation du cannabis : un texte en débat pour la première fois au Sénat

La sénatrice écologiste Esther Benassa porte devant la Chambre haute une proposition de loi relative à la libéralisation de l'usage et de la vente du cannabis. Sujet de débat récurrent, "c'est la première fois que l'on dépose un texte dans ce sens", a-t-elle expliqué à France Info.

(C'est le sénat qui ouvre le débat sur la légalisation du cannabis © MaxPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

"Il y a 13,4 millions d'expérimentateurs et entre un et deux millions de consommateurs réguliers"  explique Esther Benassa, sénatrice Europe Ecologie-Les Verts, porte ce mercredi devant le Sénat une proposition de loi relative à la libéralisation de l'usage et de la vente du cannabis. "Aujourd'hui, il y a aussi 122.000 interpellations par an pour détention de cannabis" . Alors, selon Esther Benassa, il est temps de "légaliser sous forme contrôlée le cannabis. Cela va aller de la production jusqu'à la vente par licence. Tout sera contrôlé : la qualité, la quantité, le nombre de fois que l'on va en acheter dans la semaine."

 

Dans son argumentation, la sénatrice se base sur différentes études réalisées en France et sur les résultats prometteurs dans le Colorado aux Etats-Unis. "Nous avons une législation excessivement répressive," ajoute-t-elle. "Aujourd'hui, on ouvre le débat et c'est la première fois que l'on dépose un texte dans ce sens. Il faut prévenir et guérir."  "Il y a eu, depuis 2011, plusieurs rapports faits par Mr Vaillant puis deux députés et celui de Terra Nova," ajoute la sénatrice qui se base sur leurs études pour se justifier, à la fois sur les gains sur les plans de la santé, de la justice et de l'économie qu'une autorisation d'usage et de vente du cannabis entraînerait.

"Ouvrir des campagnes comme pour le tabac et l'alcool"  

"L'argent que gagne le milieu criminel par la drogue pourrait être investi dans la prévention, tout du moins les taxes." Esther Benassa confirme ainsi les revenus estimés par Terra Nova (près d'1,8 milliard d'euros). La sénatrice EELV, tout comme Thierry Pech, le directeur de Terra Nova (interrogé mi-décembre sur France Info) compte sur cette légalisation pour contrôler le trafic et profiter de la manne financière pour augmenter la prévention.

"Le cannabis n'est pas un produit anodin. Il peut être très dangereux pour les mineurs. Il faut donc prévenir la consommation dans les lieux publics. Et il faut ouvrir des campagnes comme pour le tabac et l'alcool."

Esther Benassa : "Il y aura moins d'interpellations sauf pour la détention illégale"
--'--
--'--

 ►►► A lire aussi : Légaliser le cannabis en France rapporterait 1,8 milliard d’euros