Les opposants à sa construction ont obtenu gain de cause. Le tribunal administratif de Marseille (Bouches-du-Rhône) a annoncé jeudi 27 octobre l'annulation du permis de construire de la grande mosquée de la ville, un édifice dont la construction était attaquée par des habitants et commerçants. Cette décision bloque une nouvelle fois le processus, déjà au point mort depuis un an et demi. Le chantier devait démarrer en février à Saint-Louis, sur le site des anciens abattoirs, dans le nord de Marseille.

Le tribunal a suivi les préconisations du rapporteur public qui avait estimé, lors d'une audience le 20 octobre, que des incertitudes perduraient sur les modalités de stationnement prévues pour l'édifice. La réalisation d'un parking de 450 places, que la communauté urbaine prévoit dans une ZAC voisine, n'a "pas encore fait l'objet d'un engagement formel", selon le tribunal.

Le rapporteur public avait déjà demandé en septembre 2010 l'annulation du permis de construire, initialement accordé en septembre 2009. L'affaire avait cependant été renvoyée et l'association qui pilote le projet avait apporté des éléments d'information complémentaires sur la fréquentation du lieu de culte et ses besoins en stationnement.