Woerth : "il n'y a aucune preuve contre moi"

L'ex-ministre du Budget Eric Woerth entendu pendant deux jours par les juges à Bordeaux et mis en examen conteste tous les faits qui lui sont reprochés.

Eric Woerth répondant aux question des journalistes le 6 septembre 2011, à l\'Assemblée nationale.
Eric Woerth répondant aux question des journalistes le 6 septembre 2011, à l'Assemblée nationale. (JOHANNA LEGUERRE / AFP)
franceinfo avec ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Je conteste tous les faits qui me sont reprochés. Il n’y a aucune preuve contre moi d’une quelconque culpabilité", s'insurge l'ex-ministre et trésorier de l'UMP, Eric Woerth, 57 ans, dans un entretien au Figaro.fr, vendredi 10 février. "Depuis le début, tout ce dossier est à charge contre moi, et je le vis comme une profonde injustice. Mais je n'ai pas peur, car j'ai la conscience tranquille".

L'ancien ministre a été mis en examen après deux jours d'audition à Bordeaux pour "trafic d'influence passif" et "recel" de 150 000 euros qui auraient financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. "Le juge fait son métier et je n'ai rien à dire là-dessus. Mais il met en relation des faits qui n'ont rien à voir entre eux. Depuis un an et demi, je démens avec force avoir reçu la moindre espèce (...) On exige de moi d’apporter la preuve de ce qui n’existe pas. C'est mission impossible. Essayez, vous verrez !", explique M. Woerth qui revient sur les éléments pointés dans la presse.

L'ancien ministre affirme être soutenu par la majorité : "Nicolas Sarkozy et François Fillon m'ont téléphoné avant les auditions, et je reçois de nombreux messages de soutien de tous ordres." Il précise d'ailleurs qu'il va participer à la campagne de Nicolas Sarkozy comme parlementaire et comme membre du comité de riposte de l'UMP.