La Cour de cassation examinait ce jeudi 24 mai le dossier de la marée noire de l'Erika. Le naufrage du pétrolier avait souillé près de 400 km de côte française en décembre 1999. Les communes touchées redoutent la décision de justice qui sera rendue le 25 septembre prochain.

Les côtes européennes ne seraient plus à l'abri, selon Corinne Lepage, qui défend les communes sinistrées. Quant à la Ligue de Protection des animaux, elle trouve insultant d'entendre qu'il n'y a pas de préjudice écologique. L'avocat de Total assure, lui, que les indemnités versées par la compagnie sont définitives. Voici des déclarations recueillies après l'examen de la Cour, ce jeudi 24 mai à Paris.

 

Attention : cette image est susceptible de heurter votre sensibilité.

Cliquez ici pour l'afficher.

A Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique), manifestation contre la pollution de "l'Erika", en décembre 2009
A Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique), manifestation contre la pollution de "l'Erika", en décembre 2009 (FRANK PERRY / AFP)