Vaucluse : un salarié de Veolia licencié car il refusait de couper l'eau

La direction estime que ces "coupures concernent des personnes mauvais payeurs", et non des foyers en difficulté, comme le dit l'employé.

Depuis 2006, un employé de Veolia Eau refusait de couper l\'eau aux personnes qu\'il jugeait défavorisées.
Depuis 2006, un employé de Veolia Eau refusait de couper l'eau aux personnes qu'il jugeait défavorisées. (ERIC PIERMONT / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un employé de Veolia Eau à Avignon (Vaucluse) a été licencié, début avril, car depuis 2006, il refusait de couper l'eau aux domiciles des personnes qu'il jugeait défavorisées. La CGT et la direction ont confirmé l'information, jeudi 18 avril.

"Il préférait négocier avec les familles"

Agé de 48 ans et employé depuis 20 ans à Veolia Eau, l'homme a reçu une lettre de licenciement motivée par son "refus de mettre en œuvre les fermetures de branchements faisant suite au non-paiement de facture". Le salarié licencié a décidé d'engager une procédure devant le conseil des prud'hommes.

Un millier de familles auraient échappé à une coupure d'eau, selon le secrétaire général de la CGT du Vaucluse, Thierry Lapoirie. "Psychologiquement, il se refusait à couper l'eau, il préférait négocier avec les familles, récupérait des chèques et leur conseillait de voir avec Veolia" pour épurer leurs dettes.

Ces coupures "concernent des mauvais payeurs"

La direction, elle, estime que ces "coupures concernent des personnes mauvais payeurs", et non des foyers en difficulté. Le responsable Veolia pour le secteur Gard-Lozère-Alpes-Provence, Bruno Chaloin, ajoute que "les personnes défavorisées relèvent des services sociaux (qui) prennent en charge tout ou partie" des factures impayées.

Depuis 2006, plusieurs rappels de consigne ont été adressés au salarié et des entretiens de conciliation avec le direction ont été organisés. "Sur sa fiche de poste, il y a cette mission (de coupure de branchements) et nous sommes une société avec des règles. On ne choisit pas les tâches qu'on a envie d'effectuer", a indiqué Bruno Chaloin.