Un père condamné à 500 euros d'amende pour une fessée

Le tribunal correctionnel de Limoges a condamné la semaine dernière un père à une amende de 500 euros avec sursis pour avoir administré une fessée déculottée à son fils. Il était poursuivi "pour violence sans incapacité sur un mineur de 15 ans par un ascendant ou une personne ayant autorité".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le tribunal correctionnel de Limoges a condamné un père pour une fessée qu'il a donné à son fils de 9 ans. Une  correction administrée sur des fesses déculottées. Et c'est là où le bât blesse.

Citée par Le Populaire du Centre , qui a révélé l'affaire, la présidente du tribunal, Estelle Lamotte-Genet, a expliqué que "c'est une violence ! Doublé d'un acte humiliant pour l'enfant qui, à 9 ans, se retrouve les fesses à l'air pour se faire frapper ". Le père, poursuivi pour "pour violence sans incapacité sur un mineur de 15 ans par un ascendant ou une personne ayant autorité", a précisé que son fils Daniel le boudait alors depuis plusieurs jours, refusant de lui adresser un mot, pas même un "bonjour".

"J'avais épuisé tous les recours "

Finalement, le père de 44 ans a été puni à son tour, condamné à 500 euros d'amende avec sursis. Il devra en outre verser 150 euros à la mère de l'enfant, dont il est séparé, au titre du préjudice moral.

"Cette fessée, je l'ai donnée dans un
contexte très particulier. J'avais épuisé
tous les recours, et, sur l'instant, il m'a semblé que c'était le 
dernier moyen de me faire
entendre
", a-t-il précisé. "J'ai jugé à ce moment-là que Daniel m'échappait ", "Ce n'est pas un acte violent mais plutôt pour le récupérer, pour dire stop ", s'est justifié le père.