Suède, Pays-Bas... ils ferment des prisons par manque de détenus

La Suède a annoncé, au début du mois, un programme de fermeture de quatre établissements. Ce pays n'est pas le seul à revoir son parc carcéral à la baisse.

Des salariés de la prison de Koepel manifestent devant la prison de Haarlem (Pays-Bas), le 5 avril 2013, pour protester contre le plan de fermeture de prisons du gouvernement néerlandais.
Des salariés de la prison de Koepel manifestent devant la prison de Haarlem (Pays-Bas), le 5 avril 2013, pour protester contre le plan de fermeture de prisons du gouvernement néerlandais. (OLAF KRAAK / ANP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

En France, le nombre de prisonniers a atteint un nouveau record, en juillet, avec 68 569 détenus. La population carcérale croît, le taux d'occupation moyen des établissements avoisine les 120% et le gouvernement prévoit de nouvelles ouvertures de prisons. A l'inverse, d'autres pays peinent à remplir leurs cellules et annoncent des fermetures d'établissements pénitentiaires, faute de détenus. Francetv info vous expose la situation dans trois pays.

La Suède

Le nombre de détenus en Suède a baissé de 1% chaque année depuis 2004, et même de 6% entre 2011 et 2012, pour atteindre 4 852 personnes. Et la tendance va se poursuivre durant au moins les deux prochaines années, estiment les autorités. "Nous avons aujourd'hui l'occasion de fermer une partie de nos infrastructures, dont nous n'avons plus besoin", constate le chef de l'administration pénitentiaire suédoise, Nils Öberg, cité par The Guardian (lien en anglais), lundi 11 novembre. Quatre prisons ont déjà fermé, cette année, dont deux définitivement. 

"Nous espérons que nos efforts en matière de réinsertion et de prévention de la récidive y ont contribué, mais nous ne pensons pas que cela suffise à expliquer la chute de 6%", indique Nils Öberg. Un chercheur de l'université de Stockholm y voit ainsi l'effet d'un remplacement progressif des courtes peines de prison par des peines de probation en milieu extérieur.

Les Pays-Bas

Dès 2009, le ministère de la Justice néerlandais a annoncé la fermeture de huit de ses prisons. Une décision motivée par une "baisse de la criminalité" et un nombre de 12 000 détenus pour 14 000 places, selon le quotidien NRC Handelsblad (en anglais). Cette année, une nouvelle vague de fermetures a été évoquée pour la période 2013-2018, qui pourrait toucher 26 prisons, selon la RTBF. Des facteurs d'économie budgétaire viennent s'ajouter à ces fermetures, si bien que "les détenus néerlandais seront plus nombreux à partager leur cellule dans les années à venir", affirme la RTBF.

Les Etats-Unis

Pour la troisième année consécutive, la population carcérale a baissé aux Etats-Unis en 2012, notait The New York Times (en anglais), en juillet. "C'est le début de la fin de l'incarcération de masse", indiquait même une chercheuse de la Northeastern University. En 2011 et 2012, dix-sept Etats ont ainsi fermé ou envisagé la fermeture de prisons - parfois pour des raisons économiques.

Au Colorado, deux établissements et environ 3 200 places ont été fermés depuis 2009, selon The Gazette (en anglais). Cet été, l'Etat de New York a annoncé les derniers mois de quatre de ses prisons, après une chute de sa population carcérale de 24% entre 1999 et 2013, selon le Daily Freeman (en anglais). Pour justifier sa décision, l'Etat a mis en avant une économie annuelle de 30 millions de dollars (22 millions d'euros) pour le contribuable.