Sondages de l'Elysée sous Sarkozy : Jean-Michel Goudard mis en examen

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, a été mis en examen ce mercredi pour favoritisme dans l'affaire des sondages et dépenses de communication de l'Elysée lors du précédent quinquennat.

(L'enquête sur les études d'opinion commanditées par la présidence Sarkozy a connu une accélaration avec la mise en examen de plusieurs ex-collaborateurs de l'ancien président de la République © Sipa)
Radio France

Mis à jour le
publié le

 Le publicitaire Jean-Michel Goudard a été mis en examen ce mercredi pour favoritisme dans l'affaire des sondages et dépenses de communication de l'Elysée lors du précédent quinquennat.

Mignon et Vaulpré poursuivis également pour favoritisme

Depuis la semaine dernière, l'enquête sur les études d'opinion commanditées par la présidence Sarkozy a connu une accélération avec la mise en examen de plusieurs ex-collaborateurs de l'ancien président de la République. En témoigne les mises en examen successives d'Emmanuelle Mignon, sa directrice de cabinet et de son conseiller "opinion", Julien Vaulpré, poursuivis également pour favoritisme dans ce dossier.

Epinglé par la Cour des comptes

En avril 2009, le conseiller en stratégie de Nicolas Sarkozy avait signé la reconduction de la convention passée en 2007 entre l'Elysée et le cabinet Publifact de Patrick Buisson. Un rapport de la Cour des comptes avait sévèrement épinglé quelques mois plus tard ce contrat jugé "très succinct", lequel n'avait pas été soumis aux dispositions du code des marchés publics.

Buisson a gagné plus d'1,4 million d'euros en seulement deux ans

L'enquête a finalement fait apparaître que via ses cabinets Publifact et Publiopinion, Patrick Buisson avait, à lui seul, gagné plus d'1,4 million d'euros en seulement deux ans. Ce dernier a été mis en examen pour recel de favoritisme, abus de biens sociaux et détournement de fonds publics par un particulier. Pierre Giacometti, dont la société Giacometti-Peron a signé pour 2 à 2,5 millions d'euros de contrats avec l'Elysée entre 2007 et 2012, est également poursuivi pour recel de favoritisme.