Policier acquitté à Bobigny : "Ils peuvent continuer à nous tirer dessus"

L'acquittement d'un policier de 36 ans, jugé pour avoir tué d'une balle dans le dos un malfaiteur armé en 2012, a provoqué la colère des parties civiles vendredi soir à la sortie du tribunal de Bobigny. Le verdict a été accueilli par des cris d'"incompréhension et de rage" des parties civiles et des militants qui accompagnaient la famille.

(Amal Bentounsi, la soeur de la victime s'est déclarée très déçue © maxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Contrairement à l'accusation qui avait requis cinq ans de prison avec sursis, la cour a estimé que Damien Saboundjian avait agi en état de légitime défense et qu'il n'était donc pas responsable pénalement de la mort d'Amine Bentounsi, tué d'une balle dans le dos lors d'une course-poursuite dans les rues de Noisy-le-Sec, le 21 avril 2012. Des faits passibles de 20 ans d'emprisonnement. "Ils peuvent continuer à nous tirer dessus, l'impunité policière persiste, la France n'est pas prête à condamner la police même quand elle assassine. La justice se tire une balle dans le pied"  a déclaré Amal Bentounsi, qui a fondé le collectif "Urgence la police assassine" après la mort de son frère cadet.

A LIRE AUSSI ►►► Un policier acquitté aux assises de Seine-Saint-Denis pour la mort d'un braqueur

"J'ai un père qui était flic. Je sais ce que c'est que d'être policier. Je sais ce que c'est une bavure policière " a réagi Laëtitia Nonone, présidente de l'association Zonzon 93, engagée dans la prévention de la délinquance. "Cet acquittement c'est trop. On s'attend à un minimum de justice. Je suis dans l'obligation de dire à mes jeunes 'non on ne va pas brûler des voitures…' Mais j'ai même peur de ce qui vont me dire…"

"Je suis dans l'obligation de dire à mes jeunes 'non on ne va pas brûler des voitures…' Mais j'ai même peur de ce qui vont me dire…" a réagi Laëtitia Nonone
--'--
--'--