Pesticides : la fille d’un viticulteur bordelais, décédé d’un cancer, porte plainte contre X

Valérie Murat a porté plainte contre X ce lundi, devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. Elle veut faire reconnaître que la mort de son père, un viticulteur bordelais, décédé d’un cancer du poumon en 2012, est liée à l’utilisation d’un pesticide.

(James-Bernard Murat a pulvérisé de l'arsénite de Sodium pendant 42 ans sur ses vignes en Gironde © MAXPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

C’est une première en France. La fille d’un viticulteur bordelais a porté plainte contre X ce lundi, pour "homicide involontaire", devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. Valérie Murat veut faire reconnaître par la justice que la mort de son père est liée à l’utilisation d’un pesticide.

Un pesticide interdit pour l'agriculture mais autorisé pour la viticulture

James-Bernard Murat était un viticulteur de Pujols, dans l’Entre-Deux-Mers, en Gironde. Il est mort en décembre 2012, d’un cancer broncho-pulmonaire. Pendant 42 ans, il a pulvérisé sur ses vignes un pesticide bien connu, l’arsénite de sodium, interdit en agriculture depuis 1973, mais autorisé en viticulture jusqu’en 2001, date de son interdiction totale. Il l’a utilisé de 1958 à 2000 pour lutter contre une maladie de la vigne due à des champignons parasites.

"Mon père a été sacrifié"

La plainte de sa fille vise les fabricants de ce pesticide et les services de l’Etat, qui ont autorisé ce produit. "Je tiens absolument à comprendre pourquoi mon père a été sacrifié comme ça et je veux alerter les professionnels qui continuent à utiliser ce type de produit," affirme Valérie Murat. "Ce combat me paraît donc légitime" .

"C'est un combat qui me paraït légitime" Valérie Murat, la fille du viticulteur décédé
--'--
--'--

Pour l’avocat de la famille Murat, Maître Lafforgue, cette plainte doit établir clairement les responsabilités. "Les fabricants ont trompé les agriculteurs pendant toutes ces années," selon lui.

"Il a fallu attendre 30 ans pour que ce pesticide soit interdit à la viticulture" Me Lafforgue, avocat de la famille Murat
--'--
--'--

En février 2011, la justice avait déjà reconnu le caractère professionnel du cancer de James-Bernard Murat, lié à l'utilisation de ce pesticide cancérigène.