La milliardaire française Liliane Bettencourt à l'institut de France ke 12 octobre. 
La milliardaire française Liliane Bettencourt à l'institut de France ke 12 octobre.  (FRANCOIS GUILLOT)

Liliane Bettencourt perd une bataille contre sa fille. La cour d'appel de Versailles a décidé vendredi 18 novembre de maintenir le placement sous tutelle de l'héritière de l'Oréal, qui reste ainsi sous la protection judiciaire de sa fille Françoise et de ses deux petits-fils. 

Mi-octobre, la milliardaire, qui souffrirait de "démence mixte" et de la maladie d'Alzheimer, a été placée par une juge de Courbevoie sous la tutelle de l'aîné de ses petit-fils, Jean-Victor Meyers, tandis que ses biens et son patrimoine ont été placés sous la tutelle de sa fille Françoise et de ses deux petits-fils.

La milliardaire de 8  ans, réfractaire à un placement sous tutelle et en conflit avec sa fille Françoise Bettencourt-Meyers avait finalement demandé à être placée sous la protection judiciaire unique de son petit-fils Jean-Victor Meyers, 25 ans. 

"Il ne me restera plus qu’à mourir…"

Informée de cette éventuelle concession, la chambre du conseil de la cour d'appel de Versailles avait alors appelé les deux parties à la conciliation, laquelle s'est soldée par un échec. Jeudi 17 novembre, les avocats de Liliane Bettencourt ont adressé un courrier à la cour pour l'informer qu'"aucun accord n'(était) intervenu", tout en s'en remettant à la décision de la justice. Liliane Bettencourt refuse catégoriquement l'intervention de sa fille et prévient son avocat : "Si c’est ma fille qui est désignée, alors, il ne me restera plus qu’à mourir…"

La cour d'appel a fixé au 14 décembre l'examen au fond de l'appel formé par la milliardaire Liliane Bettencourt de son placement sous tutelle, prononcé mi-octobre par la juge des tutelles de Courbevoie (Hauts-de-Seine).