Les Scop, ces sociétés où chacun est gestionnaire

Peu répandue en France, elle est parfois la seule solution pour sauver une entreprise. Exemple dans une coopérative des Landes

Voir la vidéo
FRANCE 3

Mis à jour le , publié le

Dans cette entreprise, le patron est atypique : il est élu par le reste des ouvriers. "J'ai un mandat de gérance de quatre ans qui peut être remis en cause lors des assemblées générales. Mais en général ça se passe assez bien puisque nous sommes quand même une entreprise où tout le monde a son mot à dire", explique Pierre Baillet. Dans cette entreprise des Landes, le modèle des Scop a fait ses preuves.

4 fois plus d'employés

Depuis 15 ans qu'elle existe, cette société coopérative spécialisée dans la menuiserie s'est développée. Le bâtiment a été agrandi, le nombre d'employés a été multiplié par quatre. Ils sont désormais 25 à travailler ici. Parmi eux, Julien a été séduit par le mode de rémunération. "À la fin de l'année, on reçoit des dividendes, participations, intéressements, en fonction du chiffre qu'on a réussi à faire sur l'année, donc on est tous motivés".

Le JT
Les autres sujets du JT