Le Front national visé par une enquête préliminaire sur le financement de sa campagne aux régionales 2015

La justice s'interroge sur une possible surfacturation des frais de campagne du Front national lors des régionales de 2015.

Marine Le Pen et Axel Loustau, conseiller régional FN d\'Ile-de-France, le 23 juin 2015 à Paris.
Marine Le Pen et Axel Loustau, conseiller régional FN d'Ile-de-France, le 23 juin 2015 à Paris. (THOMAS PADILLA / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le 9 novembre, la justice a ouvert une enquête préliminaire sur le financement de la campagne du Front national, lors des régionales 2015, selon une information du Monde diffusée vendredi 2 décembre et confirmée à franceinfo. Il s'agit d'une investigation préliminaire pour "escroquerie au préjudice de l'État, abus de biens sociaux et blanchiment de ces délits". L'investigation a été confiée à la brigade financière.

Des enquêtes sur toutes les campagnes du FN depuis 2011

La justice s'intéresse à Presses de France, une société fondée en juillet 2015 et dirigée par le conseiller régional FN d'Ile-de-France, Axel Loustau. Elle a été créée pour remplacer la société Riwal, qui n'avait plus le droit de travailler avec le Front national. Riwal sera jugée comme personne morale dans l'enquête sur le financement par le FN des campagnes de 2012 (les législatives et la présidentielle).

L'entreprise Presses de France a travaillé avec les mêmes sous-traitants que Riwal, qui étaient chargés d'imprimer le matériel électoral pour une partie des candidats du Front national aux régionales 2015. Lors de ces élections, Presses de France a reçu 4,7 millions d'euros de remboursement des frais de campagne de la part de l'État. Selon les enquêteurs, seuls 1,2 million d'euros ont été versés aux imprimeurs. La cellule antiblanchiment du ministère des Finances, Tracfin, qui soupçonne une possible surfacturation des frais de campagne, a alerté la justice fin juillet.

En question, l'affectation des remboursements des frais de campagne 

Les enquêteurs s'interrogent aussi sur un possible enrichissement personnel. En effet, une autre partie de la somme remboursée par l'État, un peu moins d'un million d'euros, a été versée à la Financière Agos, ancienne société d'Axel Loustau, aujourd'hui dirigée par l'un de ses proches.

Un million d'euros de ces remboursements ont également été reversés à la Financière de la Pépinière, qui ne revendique pourtant pas d'activité en lien avec une campagne électorale.

Les financements de toutes les campagnes du FN menées depuis 2011, et l'arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti, font donc désormais l'objet d'une enquête.