La justice confirme l'interdiction d'une manifestation d'extrême droite à Lyon

Le tribunal administratif de Lyon confirme l'interdiction d'une manifestation d'extrême droite prévue cet après-midi à Lyon. Cette semaine, les militants des Jeunesses nationalistes maintenaient leur appel à manifester.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Quelque 700 policiers sont mobilisés pour encadrer une manifestation... interdite par la Justice. Le juge des référés du tribunal administratif de Lyon confirme l'interdiction d'une manifestation prévue cet après-midi dans le centre de Lyon. Ce défilé à l'initiative du mouvement des Jeunesses nationalistes — créé par un membre exclu du FN, Alexandre Gabriac — avait été interdit en "raison des troubles graves" qu'ils font peser sur l'ordre public. La contre-manifestation "anti-fasciste" est elle aussi interdite.

Jeudi, les organisteurs annonçaient vouloir maintenir l'événement pour dénoncer "la préférence anti-nationale et le racisme anti-blanc" , indiquent-ils. Ils ajoutent qu'il va leur être très difficile "d'endiguer les gens venus manifester" , tant ils ont diffusé de tracts et de messages sur Internet pour appeler à défiler.

"Les autorités veulent interdire cette manifestation, nous nous dégageons de toute responsabilité" , annoncent les organisateurs. Autrement dit, c'est l'État qui sera responsable s'il y a des débordements. Pour les dirigeants des Jeunesses nationalistes, le préfet prive les militants "d'une soupape de sécurité pour faire baisser la tension" .

Depuis deux ans à Lyon, les autorités notent la multiplication d'agressions et de dégradations qui portent les marques de l'extrême droite. L'ancienne capitale des Gaules est aussi régulièrement investie par des groupuscules d'extrême droite à l'occasion de commémorations, comme pour célébrer le 60e anniversaire de la mort de Philippe Pétain.