Laurent de Villiers, le 21 janvier 2009, à Paris.
Laurent de Villiers, le 21 janvier 2009, à Paris. (OLIVIER CORSAN / LE PARISIEN / MAXPPP)

Ils vont peut-être se croiser dans le bureau du juge, pour la première fois depuis cinq ans. Alors que les fils de Philippe de Villiers, fondateur du Mouvement pour la France, sont convoqués jeudi 21 juin chez le juge, Libération (article payant) révèle l'existence de deux lettres qui étayent les accusations de viol portées par Laurent, 28 ans, contre Guillaume, 34 ans.

La première lettre a été écrite par une amie d'enfance de Louise, la petite soeur, et sa mère. Selon le quotidien, elles expliquent à Laurent que Louise leur aurait confié avoir été victime d'attouchements sexuels de la part de son grand-frère Guillaume. La seconde lettre provient d'un ami d'enfance de ce dernier. Il y affirme se souvenir, indique Libération"d'une appétence de Guillaume pour les jeux sexuels (dont 'mimer des viols collectifs' entre garçons")

La première plainte déposée en 2006

La convocation des deux frères devant le juge d'instruction à Lyon (Rhône) jeudi vise à établir s'il existe des charges suffisantes pour juger Guillaume de Villiers devant une cour d'assises. Il n'est pas sûr que ce dernier, qui fait du commerce entre la France et la Russie, selon Le Parisien (article payant), fasse le déplacement. Le plaignant, qui vit aux Etats-Unis, n'était pas non plus certain de pouvoir venir.

La première plainte dans cette affaire remonte à 2006. Laurent de Villiers affirme que son aîné l'a violé lorsqu'ils étaient enfants. Après un non lieu prononcé fin 2010 par la cour d'appel de Versailles, Laurent de Villiers a saisi la Cour de cassation qui lui a donné raison fin 2001 et rouvert l'instruction.