"Estimez-vous qu'en France la justice fonctionne globalement très bien ?" A cette question, seuls 2% des Français ont répondu oui. Ils sont en revanche 28% à juger que l'institution judiciaire fonctionne "assez bien", 52% "assez mal" et 18% "très mal". En pleine polémique sur les détenus libérables en raison d'une vieille erreur juridique commise par le gouvernement en 2004, voici ce que révèle le sondage Ifop pour Le Figaro, publié mardi 13 août.

Des moyens insuffisants

Plus de sept sondés sur dix (72%) estiment les moyens alloués à la justice insuffisants pour que les juges puissent faire correctement leur travail (contre 28%). Les électeurs UMP sont 36% à juger ces moyens suffisants (64% insuffisants), contre 23% des sympathisants de gauche (77% insuffisants).

Des peines pas assez sévères

La grande majorité des Français interrogés pense également que la justice n'est pas assez sévère, quels que soient les crimes ou délits concernés. Ainsi, les peines prononcés sont trop clémentes concernant les crimes sexuels (88%),  pour les récidivistes (87%), les affaires politico-financières (80%), le trafic de drogue (79%), la délinquance juvénile (74%), le grand banditisme (72%) et la petite délinquance (62%).

Anomalie statistique que le sondage n'explique pas, 21% des agriculteurs jugent les crimes sexuels trop sévèrement punis, contre 1% à 3% dans toutes les autres catégories.

Plus de prisons mais aussi des solutions alternatives

Pour lutter contre la surpopulation carcérale qui bat des records, 81% des sondés sont favorables à la construction de nouvelles prisons, et 79% au développement de solutions alternatives à l'emprisonnement (bracelet électronique, travaux d'intérêts généraux) pour les peines ne dépassant pas quelques mois.

Taubira divise

L'enquête Ifop pour le Figaro étudie également l'image de la ministre de la Justice Christiane Taubira. Plus de la moitié des sondés (51%) la jugent incompétente (contre 49%), 53% la trouvent injuste (contre 47%), autant pensent qu'elle n'incarne pas bien sa fonction. Enfin, la moitié ne l'estime pas assez ferme (contre 50%) et 46% sectaire (contre 54%). Les opinions sont nettement plus négatives à droite qu'à gauche.

Sondage Ifop réalisé du 8 au 12 août en ligne par questionnaire auto-administré sur un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.