Affaire Kerviel : une magistrate juge que l'enquête a été "manipulée" par la Société générale

La magistrate en question a été enregistrée à son insu par une policière.

L'ex-trader Jérôme Kerviel, le 15 octobre 2015 à Paris.
L'ex-trader Jérôme Kerviel, le 15 octobre 2015 à Paris. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'affaire Kerviel aura-t-elle droit à un nouveau procès ? Alors que la commission d'instruction de la Cour de révision et de réexamen doit examiner le dossier de l'ex-trader lundi, Mediapart et 20 Minutes révèlent dimanche 17 janvier l'existence d'un enregistrement qui pourrait faire pencher la balance en sa faveur. On y entend Chantal de Leiris, qui avait suivi l'affaire pour le parquet de Paris, déclarer que l'enquête avait été "manipulée" par la Société générale et que la banque était au courant des agissements de Jérôme Kerviel.

Chantal de Leiris, désormais vice-procureur du tribunal de grande instance de Paris, a été enregistrée à son insu l'été dernier par une policière, Nathalie Le Roy. Celle-ci dirigeait l'enquête sur Jérôme Kerviel en tant que commandante de la brigade financière, mais a été relevée de ses fonctions en mars 2015 après avoir fait part de ses "doutes" sur la procédures. Des propos qu'elle a réitérées dans l'émission "Complément d'enquête" diffusée la semaine dernière sur France 2. 

"Evident que la Société générale savait"

"Convaincue d’être dans le vrai, elle a décidé de poursuivre ses investigations, seule, et en dehors de tout cadre juridique", explique 20 Minutes. Après avoir réalisé l'enregistrement clandestin, elle a contacté David Koubbi, avocat de Jérôme Kerviel, pour lui remettre la bande sonore.

On y entend Chantal de Leiris, qui avait classé sans suite les plaintes déposées par Jérôme Kerviel contre son ancien employeur, expliquer à Nathalie Leroy qu'elle a été "entièrement manipulée par la Société générale" : "Dans cette affaire, il y a des choses qui ne sont pas normales. Quand vous en parlez, tous les gens qui sont dans la finance rigolent, sachant très bien que la Société générale savait. La SG savait, savait… C’est évident. Evident ! Et alors, c’est vrai que sur le montant du préjudice, les 4 milliards et quelques [de pertes], il n’y a aucune expertise. Il n’y a rien…", ajoute-t-elle également.

A la veille du réexamen du dossier Kerviel, l'avocat de l'ex-trader explique avoir rendu public l'enregistrement car il n'a "plus l’intention de (se) soumettre à des règles auxquelles (ses) adversaires et le parquet, lui-même, ne se soumettent pas". Interrogé par 20 Minutes, le parquet de Paris n'a pas commenté ses révélations, mais dénonce "le procédé parfaitement déloyal de cet enregistrement".