Il filme Nancy avec un drone, le tribunal le convoque

EN IMAGES | Le tribunal de Nancy a convoqué un jeune homme parce qu'il a filmé la ville avec un drone. Une vidéo postée sur Internet et qui a été vue plus de 400.000 fois. Les autorités ont fini par s'y intéresser et le Nancéien est aujourd'hui poursuivi pour "mise en danger de la vie d'autrui".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Première en France. Thomas Nans, un jeune Nancéien
de 18 ans, est mis en cause par la justice pour avoir réalisé un clip vidéo
avec des images de la vieille ville
. Le jeune homme, encore au lycée, est
surnommé par certains "d'ado-entrepreneur " car il a déjà créé deux
sociétés : l'une dans la communication, l'autre dans la location de caméras et drones.

Fin janvier, sous un beau ciel bleu sans
nuage, il équipe un de ses drones d'une caméra et lui fait faire un survol quasi-complet de la cité ducale. Il filme des images à couper le souffle : la
vieille ville et la célèbre place Stanislas sous un angle inédit, rasant de
près les plus belles façades. Mis en ligne, le clip vidéo fait le
buzz : 400.000 vues en deux semaines. Un coup de pub pour le très jeune
entrepreneur mais sa joie sera de courte durée. 

Mise en danger de la vie d'autrui

La rumeur dit que c'est un concurrent
en colère qui a alerté les autorités. Thomas est rattrapé par la direction de
l'aviation civile pour un sérieux rappel à l'ordre. Et puis lundi dernier par
les gendarmes qui le convoquent. Car le jeune Thomas a visiblement ignoré deux
arrêtés de 2012 qui régissent l'utilisation d'aéronefs pilotés. Les utilisateurs doivent notamment passer
une formation similaire à celle des pilotes d'avions et obtenir une autorisation
particulière lorsqu'ils souhaitent faire voler un drone au-dessus d'un
espace urbain. "Pour l'utilisation de loisirs, l'autorisation préfectorale est indispensable. Celà fait courir des risques de blessures comme s'est arrivé récemment en Espagne" précise le général Damien Stribig, de la gendarmerie du transport aérien. 

Par ailleurs, la caméra pose un problème : celui du respect de la vie privée. 

A LIRE AUSSI ►►► Les drones civils s'invitent dans notre quotidien

Le garçon n'aurait pas réalisé
qu'il était dans l'illégalité. Hans sera jugé dans
les prochains mois pour "mise en danger de la vie d'autrui ". Une
première qui servira sans doute d'exemple. De plus en plus de particuliers
s'équipent de drones avec caméras
. Ils ont été une des meilleures ventes de Noël, or très souvent les jeunes utilisateurs méconnaissent les risques de crash, et
la loi en vigueur.