Affaire Grégory : la réaction des proches

32 ans après la mort du petit Grégory, son grand-oncle et sa grand-tante ont été mis en examen et incarcérés vendredi. Les équipes de France 2 ont recueilli les réactions de leurs proches à Aumontzey dans les Vosges.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Valérie Delaite est dans le doute, la peur, d'être peut-être la fille des assassins du petit Grégory. Elle est l'enfant unique de Marcel et Jacqueline Jacob, le couple mis en examen et écroué vendredi. "Je me dis que c'est mes parents et que s'ils ont à voir dans cette affaire je me dis que c'est très monstrueux. Je me demande même comment ils ont pu vivre 32 ans comme ça, à se regarder dans un glace. Vivre leur vie normalement en ayant un secret comme ça. C'est même pas un secret. Si ... je dis bien si", livre-t-elle. Depuis 25 ans, Valérie Delaite est en froid avec ses parents. À l'époque du meurtre, elle avait 16 ans, elle se souvient que la mort de l'enfant était un sujet tabou. L'affaire Grégory, une affaire nourrie de jalousie, de rancoeur, une famille déchirée autour de la mort du petit garçon.

"La Justice se trompe de bonhomme"

32 ans après, René Jacob garde toujours précieusement une photo de son petit-neveu. Il ne croit pas à la culpabilité de son frère Marcel Jacob et de l'épouse de celui-ci. "La Justice fait son travail, c'est un fait, mais elle se trompe de bonhomme. C'est pas mon frère. Je connais trop bien mon frère, il est pas capable de tuer un enfant", estime-t-il. Une famille toujours en quête de vérité, pour mettre fin à 32 ans de soupçons.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le portrait de Grégory Villemin, sur sa tombe, photographiée en avril 1985. 
Le portrait de Grégory Villemin, sur sa tombe, photographiée en avril 1985.  (JEAN-MARIE GOYHENEX / SIPA)