Pour Hollande, "il faut approuver et soutenir" l'initiative de Valls contre Dieudonné

EL chef de l'Etat apporte son soutien au ministre de l'Intérieur, qui envisage de faire interdire des spectacles de Dieudonné, estimant que l'antisémitisme de l'humoriste "ne peut être nié".

François Hollande, lors d'une conférence de presse dimanche 29 décembre 2013, à Ryad (Arabie saoudite). 
François Hollande, lors d'une conférence de presse dimanche 29 décembre 2013, à Ryad (Arabie saoudite).  (SPA / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un soutien présidentiel pour Manuel Valls. François Hollande a déclaré dimanche 29 décembre depuis Ryad (Arabie saoudite) qu'il convenait "d'approuver et soutenir" le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui étudie les moyens d'interdire les spectacles de l'humoriste Dieudonné, plusieurs fois condamné pour antisémitisme.

"Il faut approuver et soutenir le gouvernement et le ministre de l'Intérieur par rapport à des propos ou à des actes dont le caractère antisémite ne peut pas être nié", a expliqué le chef de l'Etat, en réponse à une question sur Dieudonné au cours d'une conférence de presse. Alors que la polémique fait rage sur la "quenelle", un geste controversé popularisé par l'humoriste, on précisait dans l'entourage du président que le moment était venu de qualifier ce salut car trop de gens estiment qu'il s'agit d'un inoffensif geste "antisystème".

Copé soutient aussi Valls

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a lui aussi exprimé son soutien au ministre de l'Intérieur. "Soutien total à la décision de M. Valls. Assez de ce silence convenu devant l'antisémitisme de Dieudonné et de ceux qui le cautionnent", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

 

Manuel Valls a annoncé vendredi qu'il étudiait "toutes les voies juridiques" pour interdire les "réunions publiques" de Dieudonné, qui selon lui "n'appartiennent plus à la dimension créative mais contribuent (...) à accroître les risques de troubles à l'ordre public". Le ministre a précisé qu'il allait donner instruction aux préfets, à l'occasion de chaque spectacle, d'"apprécier si le risque de trouble est caractérisé et justifie d'interdire la représentation".

Plusieurs fois condamné pour des propos antisémites sur les juifs et la Shoah, Dieudonné s'en est récemment pris au journaliste de France Inter Patrick Cohen, en lançant à son propos : "Quand je l'entends parler (...) je me dis, tu vois, les chambres à gaz... Dommage". Il a reçu samedi le soutien du footballeur français Nicolas Anelka, qui a effectué une "quenelle" après un match en Grande-Bretagne, provoquant à son tour une polémique.