La justice confirme l'expulsion de Dieudonné du théâtre de la Main d'Or

La cour d'appel de Paris a validé l'expulsion de l'humoriste polémique, qui avait été ordonnée à l'issue d'un long bras de fer qui l'opposait aux propriétaires de cette salle du 11e arrondissement de la capitale.  

Dieudonné, candidat aux élections législatives en meeting à Fleury-Mérogis (Essonne), le 7 juin 2017.
Dieudonné, candidat aux élections législatives en meeting à Fleury-Mérogis (Essonne), le 7 juin 2017. (MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La justice donne raison aux propriétaires du théâtre de la Main d'Or. La cour d'appel de Paris a confirmé, mercredi 8 novembre, l'expulsion de Dieudonné de cette salle de spectacle parisienne, où il jouait depuis une quinzaine d'années. En septembre 2015, le tribunal de Paris avait ordonné en première instance l'expulsion de l'humoriste polémique, à l'issue d'un long bras de fer qui l'opposait aux propriétaires de cette salle du 11e arrondissement sur des questions immobilières.

Lorsque les propriétaires de la Main d'Or ont acquis les lieux en 2011, la société Bonnie Productions était titulaire du bail. Mais l'exploitation de la salle semblait en réalité relever d'une autre entreprise, Les Productions de la Plume. Ils demandaient donc l'expulsion de Dieudonné et la résiliation du bail, qui "interdit la sous-location". Les propriétaires indiquaient par ailleurs qu'il "n'y avait pas eu d'assurance pendant deux ans, une faute gravissime dans un théâtre".

Dieudonné devrait quitter définitivement le théâtre

De son côté, l'avocat du comédien avait dénoncé "une opération montée pour faire expulser Dieudonné". L'humoriste est au centre de très nombreuses polémiques et est notamment poursuivi pour "injures raciales et incitation à la haine" pour l'un de ses spectacles où il tient des propos antisémites.

Avec cette nouvelle décision de justice, Dieudonné devrait être contraint de quitter définitivement le théâtre. Il avait pu, jusqu'ici, continuer à y donner des spectacles car l'appel suspendait l'expulsion.