Polémique sur Dieudonné : la ministre des Sports condamne une "quenelle" effectuée par Anelka

Le footballeur a effectué samedi ce geste polémique lancé par Dieudonné. La ministre des Sports le trouve "écœurant". 

Nicolas Anelka célèbre son but en faisant une \"quenelle\", samedi 28 décembre 2013, à Upton Park, près de Londres (Grande-Bretagne).
Nicolas Anelka célèbre son but en faisant une "quenelle", samedi 28 décembre 2013, à Upton Park, près de Londres (Grande-Bretagne). (IAN KINGTON / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une "quenelle" de plus, en pleine polémique sur une éventuelle interdiction des spectacles de Dieudonné. Nicolas Anelka, auteur d'un doublé samedi avec West Bromwich Albion en championnat d'Angleterre, a fêté samedi 28 décembre son premier but du jour avec le signe controversé de la "quenelle", salut antisémite d'après certains, simple bras d'honneur anti-système selon d'autres, rendu populaire par l'humoriste-polémiste Dieudonné.

Ce geste intervient alors que la polémique enfle sur l'interdiction éventuelle des spectacles de Dieudonné. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, s'est déclaré déterminé à empêcher les spectacles de l'humoriste, ceux-ci relevant selon lui d'une "mécanique de la haine". Il va donner ses directives aux préfets en leur adressant une circulaire les invitant à évaluer le risque de trouble à l'ordre public induit par les représentations de Dieudonné. Le footballeur a confirmé cette interprétation sur son compte Twitter. 

 "Une provocation choquante, écœurante"

La circulaire sera envoyée "dans les prochains jours, en tout cas avant la tournée" de l'humoriste controversé. Manuel Valls estime que les spectacles de Dieudonné, condamné à plusieurs reprises pour antisémitisme, injure, provocation à la haine et à la discrimination raciale, "financent ouvertement une campagne d'antisémitisme et de racisme".

Le geste d'Anelka, nouvel épisode des provocations de l'enfant terrible du football français, a immédiatement suscité un écho politique. Sur son compte Twitter, la ministre des Sports Valérie Fourneyron a dénoncé "une provocation choquante, écœurante". "Pas de place pour l'antisémitisme et l'incitation à la haine sur terrain de foot", écrit la ministre

"Je suis au courant, mais cela n'a rien à voir avec tout ce qui se dit", a cependant assuré après la rencontre Keith Downing, l'entraîneur intérimaire de WBA, au sujet du geste d'Anelka : "Il n'est absolument pas au courant du problème autour de ça et des interprétations qui ont été faites. Il est complètement surpris par l'ampleur que cela a pris. C'était juste une célébration dédiée à un humoriste français [Dieudonné] dont il est très très proche. Celui-ci utilise ce geste dans ses spectacles, et je pense que maintenant il faut arrêter ces spéculations. C'est vraiment n'importe quoi", a insisté Downing.

Des précédents 

Ce n'est pourtant pas la première fois que Nicolas Anelka  effectue ce geste controversé. Il a déjà posé avec Dieudonné, comme le rappelle sur Twitter un journaliste de 20 minutes.

Avant lui, le judoka Teddy Riner et le basketteur Tony Parker ont été photographié, effectuant une "quenelle", aux côtés de Dieudonné. Même chose pour le défenseur de l'équipe de France Mamadou Sakho. Après la diffusion du cliché montrant le footballeur et l'humoriste controversé faisant une "quenelle", Sakho a expliqué sur Twitter qu'il ne connaissait pas "la signification de ce geste" et qu'il s'était "fait piéger". Une excuse qui n'aura plus cours désormais, au vu de l'écho suscité par la "quenelle" depuis quelques jours.