COP 21 : EDF épinglé par le jury de déontologie de la publicité

Pendant la COP21, le groupe se targuait d'œuvrer pour un monde bas carbone. D'après l'autorité de régulation de la publicité, le message trompait le public.

(La campagne du groupe EDF pendant la COP21 était mensongère, pour le Jury de déontologie de la publicité © Reuters/Benoit Tessier)
Radio France

Mis à jour le
publié le

C'est le réseau Sortir du nucléaire qui a saisi le Jury de déontologie publicitaire (JDP) le 23 septembre, après la campagne d'EDF dans laquelle le groupe se présentait comme un "partenaire officiel d'un monde bas carbone" et assurait produire 98% de son électricité "sans CO2". Pour le JDP, cette campagne trompait le public.

EDF, partenaire très visible de la COP21

EDF était l'un des partenaires de la COP21, en décembre, à Paris. Mais l'idée de voir le producteur de nucléaire à la rescousse du climat, cela a particulièrement agacé Charlotte Mijon, du réseau Sortir du nucléaire : "On a l'impression que la COP21, ça a été le grand show du green-washing, avec un déballage des entreprises toutes plus polluantes les unes que les autres, qui se permettaient de donner des leçons d'écologie aux Français. Ça, c'est insupportable."

La campagne d'EDF pendant la COP21, on l'a vu partout en France sur les panneaux publicitaires, dans les journaux, avec comme slogan parfois "98% de la production d'électricité française est sans CO2". "Ce slogan est complètement faux , s'insurge Charlotte Mijon. Cela revient à nier toutes les émissions liées à l'extraction d'uranium, à la fabrication du combustible et à la gestion des déchets."

Le public a été induit en erreur

Le jury de déontologie de la publicité juge donc la plainte de l'association recevable et reconnaît que l'entreprise a induit le public en erreur sur la réalité écologique de ces actions. EDF a déjà ajouté, il y a quelques semaines, un astérisque pour préciser que ce sont les émissions directes de ses centrales en France qui n'émettent pas de CO2. Comme le jury n'a aucun pouvoir de sanction, l'association anti-nucléaire a aussi attaqué EDF devant le tribunal de grande instance de Paris pour publicité mensongère et espère le faire condamner à une amende.