Une ancienne prostituée citée dans le dossier de proxénétisme lié au Carlton de Lille a relaté un quatrième voyage à Washington (Etats-Unis) pour rencontrer Dominique Strauss-Kahn, dans un entretien au quotidien Nord Eclair du jeudi 3 novembre.

Ce n'est pas la première fois qu'une femme évoque ce type de "voyages" avec DSK. Au cours du mois d'octobre, trois autres escort-girls se sont exprimées dans les médias. FTVi fait le point sur ces quatre récits.

• "Jade" parle d'un quatrième voyage au FMI

Celle qui se présente comme "Jade" parle d'un déplacement à Washington (Etats-Unis) du 25 au 27 janvier 2010. Jusqu'ici, les médias avaient évoqué seulement trois voyages d'escort-girls outre-Atlantique, en décembre 2010, février et mai 2011. 

"Jade", qui n'a pas encore été entendue par les enquêteurs, affirme jeudi qu'elle a fait ce voyage en compagnie du commissaire Jean-Christophe Lagarde et de l'entrepreneur Fabrice Paszkowski, tous deux mis en examen pour proxénétisme aggravé dans cette affaire. Elle dit avoir visité le siège du Fonds monétaire international (FMI) en compagnie de DSK, ce qu'atteste une photo, selon Nord Eclair.

Sa rencontre avec l'ancien directeur du FMI daterait du 16 mars 2009 à l'hôtel Murano, à Paris, avec un autre mis en examen, l'entrepreneur David Roquet, lors d'un après-midi libertin. La jeune femme, qui précise avoir quitté le milieu de la prostitution, assure qu'elle a participé à d'autres soirées libertines à Lille et en Belgique, en compagnie notamment de Francis Henrion, gérant du Carlton, Hervé Franchois, propriétaire de l'hôtel, et René Kojfer, responsable des relations publiques de l'établissement.

Elle dit également avoir commencé à travailler en 2007 pour Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", tenancier de plusieurs bars à hôtesses en Belgique. Cet homme, qui nie avoir "fourni des filles" à DSK, est incarcéré outre-Quiévrain depuis un mois en attendant son jugement.

• Une prostituée se porte partie civile

Entendue par la police, une escort-girl s'est portée partie civile lundi 24 octobre pour "avoir accès au dossier et faire cesser les fuites dans la presse".

"Quand elle est allée voir les enquêteurs, elle en a trouvé un qui n'a pas voulu faire dans le sensationnel, qui l'a écoutée. Il a su gagner sa confiance", a expliqué dimanche 30 octobre son avocat, MGérald Laporte. En cas de dépaysement du dossier, comme l'a demandé le parquet de Douai le 25 octobre, "le nouveau juge peut saisir un nouveau service d'enquête. Si [les enquêteurs] n'ont pas le même degré de psychologie, ils n'obtiendront pas les mêmes choses" de sa cliente, a ensuite ajouté MLaporte.

• Florence V. raconte sa nuit américaine avec DSK

Dans un témoignage que s'est procuré M6 mercredi 26 octobre, Florence V., originaire de Valenciennes (Nord), a raconté aux policiers avoir eu une relation sexuelle avec Dominique Strauss-Kahn en mai dernier. Comme pour "Jade", elle aurait eu lieu au cours d'un escapade dans la capitale américaine.

"Nous nous sommes rendus au W Hotel", relate-t-elle, en référence à un établissement quatre étoiles situé en plein cœur de la ville. L'escort-girl explique y avoir eu "une relation tout à fait consentie" avec DSK. Elle décrit d'ailleurs son ancien client comme "plutôt agréable et très charismatique. C'est un libertin qui s'assume." 

Florence V. préfère être considérée comme une "libertine" plutôt qu'une prostituée. Pourtant, elle a avoué avoir été rémunérée, elle aussi par David Roquet et Fabrice Paszkowski. "J'ai été payée en liquide", a-t-elle assuré sans préciser la somme reçue.

• M., une ancienne prostituée, témoigne sur une soirée "libertine" à Paris

Mi-octobre, M., une femme de 36 ans qui a quitté le milieu de la prostitution, a confié aux policiers de la PJ lilloise avoir participé au printemps 2010 à une soirée "libertine tarifée" à l'hôtel Murano, à Paris. DSK est cité parmi les participants, tout comme David Roquet, qui aurait accompagné la jeune femme en train à Paris avec deux hommes, dont un au "crâne dégarni" qui pourrait être le commissaire divisionnaire Jean-Christophe Lagarde.

"Arrivé gare du Nord, le petit groupe se serait rendu en taxi à l'hôtel avant de monter dans un appartement duplex avec piscine. Les trois autres prostituées seraient arrivées un peu plus tard (...). Pour cette soirée dont elle garde un mauvais souvenir, M. aurait été payée 900 euros", raconte Le Point, qui rapporte ce témoignage sur son site vendredi 14 octobre.

"Plusieurs prostituées ont raconté sur PV aux policiers qu'elles auraient eu des relations tarifées dans les chambres de l'hôtel Carlton et d'autres établissements" de Lille (Nord), affirme aussi l'hebdomadaire dans cet article. Elles se seraient produites avec des notables de la ville.