L'école Beth Menahem de Villeurbanne (Rhône) où se rendaient trois jeunes de confession juive lorsqu'ils ont été agressés au marteau et à la barre de fer, samedi 2 juin 2012.
L'école Beth Menahem de Villeurbanne (Rhône) où se rendaient trois jeunes de confession juive lorsqu'ils ont été agressés au marteau et à la barre de fer, samedi 2 juin 2012. (GILLES SOEN WER / WOSTOK PRESS / MAXPPP)

Activement recherché, il s'est présenté "de lui-même" au commissariat. L'auteur présumé des coups de marteau infligés à trois jeunes juifs portant la kippa, lors d'une agression samedi à Villeurbanne (Rhône), a été placé en garde à vue, a annoncé la police  jeudi 7 juin. Au total, cinq personnes se trouvent en garde à vue dans le cadre de cette enquête.

Cet homme est "comme les autres personnes en garde à vue, dans la dénégation totale", a précisé une source policière. Mais selon les éléments de l'enquête, "il est bien celui qu'on considère comme ayant fait usage du marteau", a-t-elle ajouté.

Deux premiers suspects avaient été interpellés mercredi après-midi. Deux autres jeunes hommes ont été placés en garde à vue jeudi, tandis que le cinquième, âgé d'une vingtaine d'années, demeurait jusqu'alors introuvable. 

Des mesures de sécurité "renforcées"

La police avait tenté, mercredi matin, d'interpeller trois des cinq jeunes hommes à leur domicile mais ces derniers ne s'y trouvaient pas. Deux d'entre eux "se sont présentés" d'eux-mêmes à la police et ont été placés en garde à vue. 

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dénoncé lundi une agression "très grave". Mardi, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a reçu des représentants de la communauté juive, promettant des mesures de sécurité "renforcées" pour assurer une meilleure sécurité de la communauté juive de France.

Samedi vers 18h30, les trois jeunes juifs âgés de 18, 23 et 24 ans, se rendaient à un office religieux à l'école juive Beth Menahem de Villeurbanne, lorsqu'ils ont été "insultés et bousculés par trois individus". Rejoints par une dizaine de personnes, les agresseurs étaient revenus à la charge. Durant "un échange de coups" "deux des trois jeunes" juifs avaient reçu "un coup de marteau et un coup de barre de fer au niveau de la tête", selon la police. Le troisième jeune juif avait été frappé au bras.