Affaire Mathis : 20 ans de prison requis contre son père Sylvain Jouanneau

A l'issue d'un procès sans aveux ni informations tangibles, l'avocat général Pascal Chaux a requis 20 ans de réclusion à l'encontre de Sylvain Jouanneau, pour l'enlèvement et la séquestration en 2011 de son fils Mathis, alors âgé de 8 ans, et dont on ne sait toujours pas ce qu'il est devenu.

(Mercredi, le père de Mathis, Sylvain Jouanneau, est arrivé le point levé dans la salle d'audience © MAXPPP)
avatar
Arnaud RacapéRadio France

Mis à jour le
publié le

Au terme d'un procès de quatre jours devant les assises de Caen, le parquet a requis 20 ans de prison ferme à l'encontre de Sylvain Jouanneau, pour l'enlèvement et la séquestration de son fils Mathis, 8 ans, disparu depuis 2011.

Principal suspect d'un procès qualifié de "lourd " par l'avocat général, Sylvain Jouanneau n'a donné aucun élément tangible sur le sort de son fils. Malgré tout dans son réquisitoire, Pascal Chaux a évoqué des "faits odieux (...) d'autant plus inexplicables que l'accusé venait de voir ses droits de père rétablis".

L'accusé, a-t-il poursuivi, a fait subir "des violences peut-être pas physiques, mais psychologiques, une emprise " à son fils. "Dans quelques jours, Mathis devrait fêter son anniversaire. Est-ce qu'il pourra le faire ? S'il peut le faire, il le fera seul, isolé ".

Le 4 septembre 2011, Sylvain Jouanneau, un maçon au casier judiciaire vide, aurait dû remettre Mathis à sa mère Nathalie Barré, dont il est divorcé depuis 2010. Mais il ne l'a jamais fait. Il a été arrêté trois mois plus tard près d'Avignon.

Converti à l'islam sous une autre identité

Mutique depuis lundi, Sylvain Jouanneau a affirmé avoir confié l'enfant à des personnes vivant à l'étranger, sans plus de précision malgré les maintes tentatives des avocats et de la présidente de lui faire avouer les faits. Tout juste a-t-il ajouté que Mathis allait "bien ", qu'il ne l'avait "pas tué ", qu'il se serait converti à l'islam et vivrait sous une autre identité. Des informations invérifiables à ce stade de l'enquête. Mais que la soeur de Sylvain Jouanneau a semblé accréditer ce jeudi matin à l'audience. 

L'accusé a été placé à de nombreuses reprises face à ses contradictions au cours de ces trois jours. Son refus de révéler où est Mathis cause des souffrances, autant à son ex-femme qu'à sa propre famille, parents, frère et soeur. Une situation qu'il semble gérer avec beaucoup de calme et de sang-froid.

"Il nous enfume"

Mercredi, l'avant-dernière journée d'audience a été tendue. Une journée au cours de laquelle Sylvain Jouanneau est arrivé le point levé en signe de combat, devenant particulièrement virulent à l'égard de son ancienne épouse, qu'il accuse de vouloir se faire passer pour une victime. Nathalie Barré qui a quitté la salle en larmes, épuisée, comme tous les proches de Mathis, y compris la propre famille de l'accusé, écoeurée, consternée et désespérée. Sylvain Jouanneau, lui, est reparti avec le sourire.

Ce jeudi à la barre, l'avocate de la mère de Mathis Me Aline Lebret a évoqué une mascarade. "C'est du vent. Il nous enfume (...) j'ai peur pour la vie " de l'enfant, a-t-elle ajouté.

Jeudi-après-midi, ce sera au tour de la défense de plaider devant la cour, qui devrait annoncer le verdict dans la soirée. Sylvain Jouanneau encourt  jusqu'à 30 ans de prison.