La juge Isabelle Prévost-Desprez, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 2 septembre 2010.
La juge Isabelle Prévost-Desprez, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 2 septembre 2010. (FRED DUFOUR / AFP)

La juge Isabelle Prévost-Desprez a été entendue, lundi 2 juillet, par le juge Philippe Darphin à Bordeaux, selon nos confères de France 2 sur place. La magistrate est visée par une information judiciaire pour "violation du secret professionnel".

(FTVi / Francis Mazoyer - France 2 Bordeaux)

Ce sont à l'origine des fuites dans le journal Le Monde de la perquisition menée au domicile de Liliane Bettencourt, le 1er septembre 2010, qui intéressent le juge bordelais. Lundi, la juge était accompagnée de son avocat, Lev Forster. Il n'est toutefois pas possible lundi soir de savoir si la magistrate a été simplement entendue par le juge, ou si elle l'a été comme témoin assisté, voire si elle a été mise en examen. Que reproche-t-on à cette magistrate, qui instruisait une affaire d'abus de faiblesse supposé contre Liliane Bettencourt ?

Des communications avec un journaliste ?

Une information judiciaire contre X pour "violation du secret professionnel" a été ouverte en octobre 2010, après une plainte de Liliane Bettencourt concernant la médiatisation de la perquisition menée à son domicile. Elle suivait l'annonce par le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, d'une enquête sur des fuites dans la presse susceptibles de conduire au dessaisissement de la juge Isabelle Prévost-Desprez, avec qui il entretient des relations conflictuelles. 

Le dossier vise notamment des communications qu'auraient eues la juge avec un journaliste. La plainte stipulait que l'article du Monde décrivait la perquisition "comme si ses auteurs y avaient assisté" et rapportait que l'un des deux journalistes avait précédemment co-écrit un livre (Sarko m’a tuer, écrit par Gérard Davet et Fabrice Lhomme) avec Isabelle Prévost-Desprez.

L'enquête reprise de zéro

Depuis, le dossier Bettencourt a été délocalisé à Bordeaux. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux a annulé en mai 2011 les pièces saisies en 2010 par le parquet de Nanterre, dans la procédure pour violation du secret professionnel qui visait la juge. Et les juges bordelais ont repris l'enquête de zéro.

C'est dans ce cadre que le 25 janvier dernier, une perquisition a été menée au domicile d'Isabelle Prévost-Desprez. Et des policiers avaient été envoyés dans son bureau de Nanterre au printemps pour mener des investigations sur son ordinateur.