Journée mondiale des lépreux : 200.000 cas dans le monde

Des quêtes sont organisées ce week-end par des bénévoles afin de soutenir la lutte contre la lèpre, une maladie qui traverse les siècles et touche les pays les plus pauvres.

(La lèpre continue à se répandre avec 215.000 nouveaux cas détectés en 2013 dans le monde © REUTERS/Soe Zeya Tun)
avatar
Marie CampistronRadio France

Mis à jour le
publié le

Alors qu'on pourrait la croire éradiquée, la lèpre continue de se répandre dans le monde. Les derniers chiffres de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) révèlent que 215 000 nouveaux cas ont été détectés en 2013. L'Inde, le Brésil et l'Indonésie restent particulièrement touchés.

Face à ce fléau, 10.000 bénévoles de la Fondation Raoul-Follereau récolteront ce week-end et partout en France des fonds afin de soutenir la recherche et de financer des dispensaires.

Un vaccin difficile à développer

Selon le professeur Francis Chaise, un vaccin contre cette maladie reste difficile à développer du fait du "métabolisme extrêmement lent" du bacille de la lèpre. Néanmoins, "plus on détectera tôt la maladie, plus elle pourra s'éteindre".

"Plus on détectera tôt, plus la maladie pourra s'éteindre" (Docteur Francis Chaise)
--'--
--'--
Selon l'association, il y aurait bien plus de malades que les "200 000 nouveaux cas recensés annuellement". Beaucoup "échapperaient au dépistage" et "continueraient ainsi sans le savoir, à contaminer leur entourage".

Un dépistage précoce nécessaire

Puisque la maladie évolue de manière très lente, un malade contaminé peut rester sans symptômes pendant dix ou quinze ans. Les premiers signes visibles de la maladie correspondent à des tâches, puis à des paralysies au niveau des mains et des pieds débouchant souvent sur des amputations.

L'objectif fixé par l'association est alors de dépister le plus tôt possible les malades, afin d'éviter ces séquelles terriblement handicapantes.