VIDEO. "On assiste depuis quelques années à des offensives contre l'IVG", selon la ministre de la Santé

Marisol Touraine a répondu, mercredi, au président de la Conférence des évêques de France. Ce dernier conteste la création d'un délit d'entrave numérique à l'IVG.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une proposition de loi pour élargir le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) aux sites internet diffusant des informations "biaisées" sur l'avortement doit être débattue, jeudi 1er décembre, à l'Assemblée nationale. Un texte qui inquiète le président de la Conférence des évêques de France. Il en a appelé directement à François Hollande, en dénonçant une atteinte "grave" aux libertés.

"Il y a une tromperie"

La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, lui a répondu, mercredi 30 novembre, dans les "4 Vérités", sur France 2. Selon elle, "ce qui est problématique, c'est si on dit 'venez sur ce site, ce site va vous donner toutes les informations que vous recherchez sur l'interruption volontaire de grossesse', et en réalité, on rentre dans le site et, progressivement, vous êtes amenée à renoncer à une interruption volontaire de grossesse. Donc il y a une tromperie".

"On assiste depuis quelques années, régulièrement, à des offensives contre l'interruption volontaire de grossesse, a estimé la ministre. Il y a un climat culturel qui pèse et qui tend à culpabiliser les femmes qui s'interrogent sur l'interruption volontaire de grossesse."

Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la santé, à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 23 novembre 2016.
Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la santé, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 23 novembre 2016. (YANN BOHAC / CITIZENSIDE / AFP)