Intermittents : grève au festival d'Avignon ce samedi

Après une ouverture vendredi dernier sans spectacle, le festival d'Avignon affronte sa deuxième journée de grève ce samedi, votée par 65% des personnels. L'été des intermittents n'est donc pas fini, mais sur les 13 spectacles programmés ce jour, on ne sait pas encore combien seront affectés par le mouvement. Cela dépend du nombre de grévistes sur chaque site.

(Rassemblement des intermittents devant le Palais des papes pour protester contre la convention sur l'assurance chômage © MAXPPP / Le Dauphiné libéré)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le festival d'Avignon sera ce samedi le théâtre d'une nouvelle journée de grève des intermittents du spectacle. A l'appel de la CGT-Spectacle, le mouvement a été voté hier par 65% des salariés ayant pris part au vote. Un vote marqué par une forte absention, ils n'étaient que 45% des inscrits à participer.

Le directeur du festival, Olivier Py, annoncera en début d'après-midi la liste des spectacles annulés sur les 13 initialement programmés ce jour. En fonction du nombre de grévistes, certains pourraient être maintenus comme Le Prince de Hombourg dans la cour du Palais des Papes, dont la première avait été annulée le soir de l'ouverture. Car la ligne votée avant le festival sera tenue par le collectif du "in" : pas de grève générale mais des actions ponctuelles et de la pédagogie pour expliquer aux visiteurs les raisons du mécontentement des intermittents.

Le weekend le plus fréquenté du festival

Denis, régisseur, estime que la décision de faire grève ce samedi est courageuse : "Cela nous coûte en fatigue, et moralement car on est toujours en balance sur les décisions qu'on doit prendre ".

 

Denis : "Les gens se battent pour une cause juste"

00:00-00:00

audio
vidéo

Ce weekend devrait être le plus fréquenté de cette 68e édition qui s'est ouverte en demi-teinte, entre les annulations de spectacles et le mauvais temps. La ministre de la Culture Aurélie Filipetti pourrait faire une visite dans la cité du Vaucluse mercredi, mais elle n'ira pas voir de pièce. Les intermittents mobilisés ont prévenu : "un seul ministre dans la salle et on ne joue pas ".