Pas-de-Calais : un projet d'éoliennes sur un champ de bataille où des milliers d'Australiens sont morts en 1917 fait polémique

Canberra va réclamer des explications car toutes les dépouilles n'ont pas été retirées du terrain

Une statue érigée en hommage aux combattants australiens morts durant la première guerre mondiale à Bullecourt (Pas-de-Calais), le 25 avril 2014. 
Une statue érigée en hommage aux combattants australiens morts durant la première guerre mondiale à Bullecourt (Pas-de-Calais), le 25 avril 2014.  (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un projet écologique qui provoque une vive inquiétude. L'Australie a annoncé mercredi 8 novembre qu'elle allait demander des clarifications à la France au sujet d'un projet d'éoliennes sur un champ de bataille où des milliers d'Australiens ont péri en 1917. Cette annonce intervient au lendemain de la diffusion d'un reportage de la chaîne Sky News faisant état d'un projet du groupe Engie Green d'ériger plusieurs éoliennes entre les villages de Bullecourt et Riencourt-lès-Cagnicourt (Pas-de-Calais), dans le nord de la France.

C'est dans ce secteur que plusieurs divisions britannique et australiennes avaient tenté en avril et mai 1917 de briser la ligne allemande Hindenburg, entre Arras et Soissons (Aisne). Environ 10 000 soldats volontaires australiens avaient été tués ou blessés lors de cet assaut. Encore aujourd'hui, des Australiens se rendent régulièrement à Bullecourt pour rendre hommage à leurs morts.

L'intégrité des dépouilles menacée ?

Le ministre des Anciens Combattants australien a indiqué qu'il contacterait Paris au sujet du projet d'éoliennes, qui inquiète certains descendants de soldats car toutes les dépouilles n'ont pas été retirées du champ de bataille.

Les Français, comme les Australiens, comprennent l'importance de cette terre et ont le plus grand respect pour le sacrifice fait par les Australiens sur leur sol.

Dan Tehan

ministre des Anciens Combattants australien

Sky News explique que les activités agricoles actuellement menées sur le site du champ de bataille ne dérangent pas les associations de descendants de victimes en ce qu'elles restent superficielles. Mais la chaîne observe que l'installation d'éoliennes impliquerait de creuser la terre beaucoup plus profondément. Et potentiellement menacer l'intégrité des dépouilles encore présentes sur les lieux.