Gossip, l'appli à ragots : suspendue mais toujours contestée

Elle a beau être suspendue depuis lundi. Les organisations lycéennes veulent faire supprimer l'application Gossip, qui permet de faire circuler anonymement des rumeurs éphémères, craignant que la plateforme favorise le harcèlement en milieu scolaire.

("Gossip" permet de relayer anonymement des rumeurs laissant craindre le développement d'une nouvelle forme d'harcèlement © RF-Cécilia Arbona)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Elle fait fureur dans les cours de lycées mais suscite l’inquiétude. S’inspirant de Twitter et de Snapchat, l’application " Gossip " permet de diffuser anonymement auprès de ses contacts des rumeurs n’excédant pas 140 caractères, via du texte ou des photos. Une fois envoyés ces derniers n’apparaissent qu’une dizaine de secondes sur l'écran avant de disparaître. Plusieurs syndicats lycéens s’en émeuvent et réclament son interdiction pure et simple. Motif : l’application encouragerait le harcèlement scolaire.

Une version améliorée à l’étude

"L’objectif de cette plateforme n’est pas de jouer mais bien de nuire aux autres", déclare dans un communiqué la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne). "Nous condamnons cette application, qui doit être interdite", renchérit Eliott Nouaille, président du Syndicat général des lycées.

" Cette application instaure un climat malsain" : Eliott Nouaille, président du Syndicat général des lycées
--'--
--'--

Message entendu. La plateforme n’est plus disponible sur l’AppStore, sur décision de l'éditeur. Et  des modifications sont à l’étude afin de rassurer les utilisateurs. " Gossip " va être interdite aux moins de 18 ans et un système de modération plus élaboré est également à l’étude. Il n'est  pas certains que cela suffise : parmi les avis d'internautes postés au sujet de l'application,  beaucoup la qualifient de "dangereuse". 

Reportage de Cécilia Arbona pour France Info
--'--
--'--